MACRON ET DELEVOYE ET LES REVERSIONS

Publié le 24 Septembre 2019

 

 

PENSION DE REVERSION LES RETRAITES-ES GRUGES-ES PAR MACRON DELEVOYE

 

Un méchant tour de passe-passe se prépare pour les retraites de réversion.

 

D’abord quelles sont les règles des principaux régimes en vigueur actuellement pour y avoir droit :

  • Retraite de base des salariés : les revenus du conjoint survivant ne doivent pas dépasser annuellement 2080 fois le SMIC horaire, soit 20.862,40 euros pour une personne seule ou 32.379,84 euros si le conjoint vit en couple.

     

  • Réversion de la pension des fonctionnaires : aucun plafond de ressources.

     

  • La réversion des retraites complémentaires n'est soumise à aucune condition de ressources.

Il faudrait faire des calculs très compliqués pour déterminer la pension de réversion du dernier vivant et particulièrement des femmes dont on sait les carrière en dents de scie qu’elles ont eu et parfois parce qu’elles n’ont pu bénéficier que du minimum contributif calculé au prorata de leurs d’années de cotisations à la Sécurité sociale.

 

Delevoye a décidé d’en faire un tout et de la calculer sur la base de 70 % du cumul des pensions du du couple de retraités.

Nous pourrions croire que c’est un plus par rapport aux taux pratiqués actuellement dans les diverses caisses du public et du privé ainsi que des complémentaires et des conventions qui les régissent ; des taux qui se situent pour la plupart des régimes de retraites entre 50 et 60 % pour chaque veuf ou veuve ; mais cette modification n’apporterait en moyenne que des évolutions relatives en pensions de réversion pour le dernier vivant.

A noter cependant la disparition des plafonds puisque les pensions de réversion seraient calculées sur le montant des retraites des époux.

Des modifications aussi sur le droit à une veuve ou à un veuf d’obtenir la réversion en cas de divorce limitée au couple marié ; les droits des ex-conjoints à une pension de réversion seront fermés pour les divorces qui interviendront après l’entrée en vigueur du système universel
et il appartiendrait aux juges des affaires familiales d’intégrer la question des droits à retraite dans
les divorces, en particulier dans le cadre des prestations familiales compensatoires.
 

A noter que le problème de ceux et celles qui vivent en couple ou sont pacsés n'est pas retenu.

 

La grande duperie est celle de l’âge de l’obtention de cette réversion qui serait fixé à 62 ans alors que dans la plupart des régimes de retraites, actuellement, l’âge donnant droit à la réversion commencent à partir de 55 ans : donc une perte qui pourrait aller jusqu'à 7ans de réversion pour la personne perdant son mari ou sa femme.

Ces changements en réversion et en date d’application entreraient en service après le 31 Décembre 2024 et ceux et celles ayant des reversions à cette date garderaient l’ancien système.

Conclusion, un tour de passe qui rapporterait gros en piquant aux retraités-es veufs ou veuves des sommes importantes de réversion.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Retraites, #SECURITE SOCIALE, #actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

YMaurontPas 07/12/2019 07:28

Le principe de la réversion Delevoye c'est que ça dépend du prix des rillettes que tu manges. Plus elles sont chères plus on va t'en filer.
Pour Delevoye il est important que la collectivité se mobilise pour assurer la continuité du train de vie des bourgeoises qui ne veulent pas bosser question standing.
Nous devons mettre tout le monde à contribution pour que les bourgeoises ne connaissent jamais la situation que connaîtront les pauvres.