ARRCO-AGIRC QUE DES PEAUX DE BANANES

Publié le 10 Mai 2019

COUP DE COLERE

J'apprends, par plusieurs médias, que nos "partenaires sociaux" ( patronat et certains syndicats sauf CGT ET FO), sont entrain de revenir sur les accords ARRCO et AGIRC, concernant les retraites complémentaires.

Il s'agirait particulièrement d'une décote, qu'ils ont savamment mis en place pour avec le MEDEF, de 10 % pendant trois ans sur les pensions pour ceux qui auraient l'audace de partir à 62 ans. Cette décote  annulée.

Mais le bruit qui courre, c'est que cette décote ne serait effective que pour certaines catégories, notamment pour ceux et celles ayant des handicaps santé dû à des accidents du travail ou des maladies professionnelles.

Et ces gens-là, de chanter victoire. Et de montrer que leur syndicalisme rapporte gros. Fumisterie, c'est comme si je vous signe un accord réduisant votre salaire pendant 3 ans et  que quelques temps après, pour apparaitre comme rapportant quelque chose, je vais voir le patron pour lui dire que pour faire passer la pilule , je lui demande un geste d'accorder une remise de peine pour quelques-uns-unes.

En fait, selon le vieux proverbe : "donne-moi ta montre , je te dirai l'heure".

Et depuis ce matin, donc, les trompettes de la renommée partenariale s'exclament avec patronat et le 'Berger de l'étable CFDT" pour dire qu'ils ont arraché un succès phénoménal.

D'autres dindons de la farce diront :  "c'est toujours bon à prendre".

Le fin mot de l'histoire, c'est que le patronat essaye d'emmancher la promesse de Macron d'un régime unique de retraite à points pour tous les salariés remettant en cause le système de retraites  du régime général de la Sécurité sociale, et donc de mettre tous  les régimes de retraites à la même sauce patronale y compris les fonctionnaires dans un régime d'entourloupes à travers un système à point permettant de réduire les pensions retraites sous n'importe quel prétexte comme c'est le cas avec les accords ARRCO-AGIRC. Et donc de décoter et de surcoter sans cesse demain pour que les salariés-es soient obligés de remettre à plus tard leur départ en retraite du fait de ces "trucs" ourdis par Macron et le Medef et les "partenaires dociles", qui se contenteront du moindre mal .

Bernard Lamirand

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Retraites

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article