LES VIEUX AU RANCART ????

Publié le 18 Mars 2018

LES VIEUX AU RANCART : CERTAINEMENT PAS !

J’ai écouté l’émission économique du samedi matin à France Inter qui concernait les retraités-es.

Ignoble de les considérer comme des nantis et des privilégiés.

Monsieur Le Chypre, économiste patenté du capital a déversé sa bile et heureusement qu’un autre économiste lui a répondu sinon il y avait de quoi flanquer le poste radio par la fenêtre.

Cela venait après l’importante manifestation des retraités-es de ce jeudi 15 mars exigeant que l’on mette fin à la dégringolade organisée de leur retraite.

La veille des manifestations, Macron a dû monter au créneau pour répondre aux interpellations de ces retraités-es qu’il spolie : celui-ci, provocateur, a asséné qu’il était normal que les personnes âgées acceptent quelques sacrifices sur leurs retraites.

Le sieur Macron s’en prend donc aux retraités-es et ignore superbement ceux qui font des profits immenses sur le dos du monde du travail.

Samedi matin donc, à France inter, Emmanuel Le chypre est revenu sur cette déclaration du président de la République en s’attaquant directement aux  retraités-es qu’il accuse d’avoir « des retraites dorées ».

Une population, dit-il, qui vivrait mieux que les autres catégories : en fait même refrain que le statut des cheminots considéré comme un privilège exorbitant ;  il s’agit – vieux subterfuge- d’opposer toujours le monde du travail entre eux et ici les jeunes aux vieux.

En fait,  après avoir ponctionné les actifs,  il s’agit maintenant de prélever sur les retraités-es pour qu’ils soient à égalité dans la baisse générale du dit cout du travail avec les salariés-es sous prétexte d’équité et le tour est joué.

Tout au long de son plaidoyer, Le Chypre considère que ces retraités-es sont une génération qui a trop profité par rapport aux générations qui les ont précédées ;  et surtout par rapport aux générations qui suivront et qui versent pour eux en ce moment. Une façon roublarde d’utiliser la répartition pour de sombres desseins financiers.

Alors toutes les maniements sont les bienvenues et sont évoquées les privilèges des retraités-es propriétaires de leurs logements, de gens toujours en  vacances et en voyages avec de superbes camping-cars  attelés à des voitures puissantes qu’ils achètent majoritairement en ce moment, que leur espérance de vie en bonne santé n’a jamais été aussi élevée et ultime argument : ils n’ont pas connu la guerre et ont pu avoir des emplois assurés et bien payés pendant toute leur carrière.

Monsieur Le Chypre c’est indigne d’un économiste digne de ce nom. Au fait, monsieur le Chypre qui met les jeunes dans cet état de sous-emploi sinon vos amis !

Bref, c’est tout à peine s’il ne les mettrait pas au rancart dès l’âge ou la santé se détériore ; j’exagère et force  le trait bien sûr,  parce que derrière cette hystérie se prolifère une sorte de rengaine contre les vieux égoïstes et non partageurs qui circule dans les médias et les réseaux dits sociaux. Monsieur Le Chypre s’est ensuite évertué à nous démontrer que nous sommes en système par répartition et que c’est toujours l’actif qui cotise pour payer les retraites.

C’est exact ;  mais Monsieur Le Chypre n’en tire pas les conséquences solidaires entre toutes les générations ; il les nie tout compte fait,  il veut la disparition de cette chaine de solidarité en s’attardant sur le cout de celle-ci  et de l’impossibilité de l’offrir aux retraités-es tout au long de leur vie en  soins et retraites.

Ponctionner les retraites pour les profits et les dividendes voilà donc la marche à suivre que voudrait nous inculquer Monsieur Le Chypre en étant le brave perroquet de Monsieur Macron et du MEDEF

Bas les pattes !

Ces retraités-es dorés-es, Monsieur Le Chypre,  ce sont ceux et celles qui ont contribué largement par leurs cotisations  à payer les retraites des salariés d’avant guerre qui n’avaient rien et aussi ceux et celles qui sont partis dans les années 50 à 70  et qui  ont vu leur retraite progresser régulièrement par les cotisations versées par les actifs : ce sont ceux et celles qui sont aujourd’hui en retraite et que vous considérez comme des privilégiés. Ils ont aussi relevé la France après la libération, vous oubliez cela dans vos raisonnements patronaux.

En fait, tout cela ne vise qu’à opposer actifs et retraités et cacher cette réalité de la dégradation du salarial des générations actuellement au travail.

Monsieur Le Chypre à aucun moment vous ne situez le vrai problème : celui des privilèges de la rente, or c’est là que le bât blesse, quand on apprend que les titulaires du CAC 40 viennent de réaliser près de 100 milliards de profits en 2017 et qu’ils se sont partagés en dividendes près de 50 % de ces profits pris sur le dos du travail et des retraites.

Monsieur Le Chypre, d’autre part, considère que l’espérance de vie n’est plus celle de 50 ans à la libération  (grâce à la Sécurité sociale Monsieur Le Chypre !) ;  en fait cette espérance de vie nous a fait gagné plus de 30 ans devient insupportable pour le capital ; voilà la raison que nous cache Monsieur Le Chypre.

A y regarder de plus près, l’injonction nous est faite de réduire nos retraites, de partager la misère avec la jeunesse.

J’espère bien que vos paroles à l’emporte pièces contre ces retraités-es finiront dans les poubelles de l’histoire.

Les luttes qui montent actuellement indiquent que Macron a mangé son pain blanc et qu’il aura en face de lui et les patrons du CAC 40 qu’il sert, un mouvement social à la hauteur de l’enjeu : le progrès social.

Bernard Lamirand

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Retraites, #SECURITE SOCIALE

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article