ORDONNANCES MACRON : MEILLEURE REPONSE LUTTES ET SYNDICALISATION A LA CGT

Publié le 29 Décembre 2017

METTRE LES PENDULES A L'HEURE : SE SYNDIQUER CGT

LA SYNDICALISATION CGT UNE REPONSE AUX ORDONNANCES

C’est quelques pensées qui me sont venues après l’article du Canard Enchainé indiquant que la CGT avait perdu de nombreux syndiqués en 2017.

La réponse de la CGT a été rapide, nette et clair : Le Canard s’est trompé.

La CGT n’est pas en recul, elle stagne aux alentours des 700 000 adhérents.

Mais cela doit nous mettre la puce à l’oreille et bien plus.

Se dessine en effet toutes sortes de « combines » avec pour but évident d’affaiblir la CGT et les ordonnances Macron en sont un exemple.

Elles le sont surtout pour la CGT qui se bat pour un syndicalisme d’adhérents fort pour mettre en difficulté la stratégie libérale d’effacement du syndicalisme et des droits sociaux et collectifs de ce pays.

Les ordonnances Macron sont en effet faites pour annihiler les luttes et les batailles revendicatives pour élever le prix de la force de travail.

Ces ordonnances vont  passer à l’étape de leur mise en œuvre et déjà de nombreux exemples tombent pour réduire les droits des salariés-es et retraités-es. Les travailleurs vont découvrir le pot aux roses : c’est  leurs intérêts qui sont en jeu.

L’entreprise va être le champ de cette mise en œuvre de dislocation de toutes les conquêtes sociales.

Macron et le patronat à l’origine de ces ordonnances le savent très bien, ce serait d’avoir une CGT absente, affaiblie, diminuée dans les entreprises : ce serait tout bon pour eux.

Alors l’adhésion à la CGT doit redevenir l’alpha et l’oméga de la vie syndicale CGT à l’entreprise.

La CGT a décidé d’engager une grande campagne à ce sujet. Tant mieux, il est plus que temps de donner à la vie syndicale CGT à l’entreprise sa pénétration nécessaire dans tous les lieux de travail et parmi toutes les catégories et notamment là où règne l’arbitraire patronal..

J’appuie à 100 % cette campagne et personnellement, je suis preneur, je suis en retraite mais je fais l’effort qui consiste à m’engager là où je peux pour l’adhésion ; et je ne manque pas de dire à tous ces jeunes salariés-es, inorganisés-es, souvent en contrat à durée déterminée, de se défendre et l’on parle de salaires, de durée du travail, de sécurité sociale, d’un véritable emploi et je leur dis qu’il faut s’organiser et notamment  là où il n’y a pas de syndicat d’en créer un.

L’écoute existe, la réponse souvent c’est la crainte.

Pour l’instant, j’en suis à quelques discussions,mais ces paroles peuvent compter à un moment donné : il n’y a pas de rejets, il y a surtout de leur part l’idée de savoir si cela sert  encore à quelque chose comme me disait une caissière, il y a quelques jours dans un hyper où le syndicat est un syndicat bidon.

Je crois que chacun d’entre nous peut  contribuer à redonner confiance et à élaguer les appréhensions.

Ce serait formidable si tout le monde s’y mettait dans la CGT pour aborder cette question de l’adhésion à la CGT  et aussi comment on peut organiser des rencontres aux portes des entreprises inorganisées.

Tous les militants et militantes peuvent y contribuer.

Alors 2018 on y participe chacun et chacune à notre façon.

Le faire, c’est relever le défi face à Macron, le président des riches et au patronat.

C’est surtout décupler nos forces et réaliser ce que nous appelons tous de nos vœux un grand mouvement social unitaire dans ce pays pour faire sauter toutes ces stratégies néfastes pour le monde du travail.

Bon courage  et que l’année 2018 soit l’année du renforcement de la CGT et des luttes les plus larges et les plus unitaires possible.

Bernard LAMIRAND  

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article