Samsung, groupe sud coréen, est considéré comme un état dans l’état dans le pays de 50 millions d’habitants. Plusieurs campagnes internationales lancées par la confédération KCTU et la fédération de la métallurgie KMWU ont mis en lumière les pratiques d’un autre temps du géant de l’électronique : travail forcé, politique anti-syndicale systématique, mépris des règles de santé au travail, fraude fiscale, entente sur les prix, …

C’est pour alerter les travailleurs et les opinions publiques européennes qu’une délégation de travailleurs de l’entreprise fait actuellement une tournée des syndicats en Europe, afin témoigner des infractions du groupe Samsung en Corée du Sud.

Le Secrétaire Général du syndicat des travailleurs de Samsung, Kim Sung Hwan, a été le premier à tenter de créer un syndicat de l’entreprise en 1996. Il a depuis lors licencié, emprisonné et surveillé par le groupe et les autorités coréennes. Présent, lors de la rencontre avec la FTM-CGT, lundi 5 décembre, il a témoigné de la souffrance des travailleurs. Protégé par les autorités du pays, Samsung fait travailler ses salariés au contact de produits hautement cancérigènes sans protection adéquate. De multiples cas de leucémies résultant du travail au contact de terres rares ont été rapportées, sans pour autant que les autorités sud-coréennes reconnaissent leur caractère professionnel.

De veuves des travailleurs défunts étaient également présentes afin de témoigner des souffrances de leurs époux et l’attitude totalement déshumanisée de l’entreprise, qui sont allé jusqu’à les frapper alors qu’elles manifestaient pacifiquement devant le siège à Séoul. Les travailleurs préparent désormais avec la KCTU une grande campagne internationale contre le groupe Samsung et comptent sur notre solidarité.

Cliquez ici pour télécharger le programme de la tournée européenne :