Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

TRIBUNE DE NICOLAS MARCHAND HUMA

19 Mai 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #PCF CONGRES

TRIBUNE DE NICOLAS MARCHAND HUMA

Contenu, candidature : de l'ambition face à la crise

Nicolas Marchand

Les luttes bousculent la situation et les analyses défaitistes, figées, sur la gauche et la perspective. Elles portent des exigences de progrès social, sécurisation de l'emploi notamment, qu'un projet de changement doit prendre en compte, et dessinent les contours sociaux et politiques du rassemblement transformateur majoritaire possible: ouvriers et couches moyennes salariées, peuple de gauche, qui cherchent une alternative à la politique du pouvoir socialiste. Toute la gauche: communistes et autres composantes du Front de gauche, et aussi écologistes, et électeurs et militants socialistes, la majorité, contestant, au nom de ce qui a fait d'eux des électeurs et des militants socialistes, le choix libéral de Hollande.

C'est dire qu'on n'avancera pas avec des anathèmes basés sur l'amalgame sommaire entre l'équipe Hollande et la masse des socialistes, assortis de sommations à se rallier au Front de gauche ou/et à un sauveur suprême. On laisserait voie libre aux liquidateurs du PS pour une dangereuse recomposition, tout en isolant le Front de gauche au lieu d'élargir. Fausse piste, au moment où le rassemblement sans précédent pour une motion de censure de gauche signale que la fin de l'histoire n'est pas écrite.

On n'avancera pas non plus en tête à tête confidentiel au sommet. Tenter la construction citoyenne d'une candidature de rassemblement est une bonne idée. Mais il faut avancer cartes sur table sur le contenu, comme sur la candidature, sans remettre aux calendes toute réflexion sur celle-ci .

Il s'agit d'être cohérent face à la crise ; ce n'est pas une crise classique; elle est durable, systémique: les transformations radicales des révolutions informationnelle, écologique, monétaire, démographique, exigent d'autres règles du système, en premier lieu sur le principal: l'argent.

On doit donc viser un compromis d'un niveau suffisant: pas seulement partage des richesses et anti-productivisme, les clés pour des avancées sociales et écologiques: quels pouvoirs commencer à prendre, en France et en Europe, sur l'argent pour l'utiliser autrement (le crédit des banques pour sécuriser l'emploi et la formation, les moyens de la BCE pour développer les services publics, ...); et sur la gestion des entreprises pour de nouveaux critères du modèle productif: l'humain et la planète d'abord!

Quant à la question candidature, pourquoi serait-elle taboue pour les seuls communistes?

Le PCF a de bonnes raisons de se préparer à présenter un candidat, pour porter ses propositions dans une «primaire» citoyenne de gauche, comme si ce processus, malgré nos efforts, n'aboutit pas.

Car dans ce cas, on devra poursuivre, en vue des législatives et pour l'avenir, la construction d'un rassemblement ambitieux, porteur de propositions radicales, réalistes, cohérentes, ouvert à toute la gauche à l'image du Front Populaire. Tout repli gâcherait les efforts accomplis.

Cela invalide l'hypothèse d'un ralliement à JLMélenchon, avec sa dérive populiste et nationaliste, son sectarisme, qui ravissent les médias, et ses intentions de recomposition visant la division ou l'effacement du PCF (d'ailleurs les communistes viennent, comme déjà en 2007, de signifier leur refus très majoritaire d'un «dépassement» du PCF avec la structuration du Front de gauche comme un parti).

Le PCF devrait alors prendre ses responsabilités en présentant une candidature qui aura la force de son originalité unitaire et de propositions. Elle pourra parler aux électeurs de gauche, aux électeurs socialistes, comme le fit celle de Jacques Duclos en 1969.

Primaire, ou pas, le PCF a les idées et les ressources humaines pour présenter une candidature rassembleuse à la hauteur de la bataille à mener.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article