Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

PANAMA : LE BILLET DUR DU PERE DENIS*

Publié le 8 Avril 2016 par aragon 43 in Actualités

PANAMA : LE BILLET DUR DU PERE DENIS*

BILLET DUR DU PÈRE DENIS
BON APPETIT MESSIEURS, Ô! MINISTRES INTÈGRES PANAMA PORTE LE CHAPEAU !
Pour commencer, il est utile de compléter la citation de Victor Hugo dans Ruy Blas :
« Bon appétit Messieurs, ô Ministres intègres, conseillers vertueux! Voilà votre façon de servir, serviteurs qui pillez la maison »
L'affaire dite des « Panama papers » va permettre d'illustrer cette citation et il est souhaitable que les noms soient publiés, en précisant toutefois que la liste n'est pas exhaustive, comment ne pas remarquer qu'aucune personnalité des USA n'est citée.
Eva Joly citée dans le journal Marianne précise que nous savions bien que le Panama était l'un des paradis fiscaux les plus opaques.
Notre Ministre des affaires étrangères, il y a six mois Laurent Fabius ne le savait pas et a retiré ce pays de la liste noire.
Dans la liste connue des chefs d'états épinglés figure le Président d'Ukraine Petroshenko, Président arrivé au pouvoir par un coup d'état destituant le Président élu, opération réalisée à l'instigation de l'Union européenne et l'appui de l'OTAN.
En Avril 2014, dans un billet intitulé « on ne demande pas aux chats de venir séparer deux souris qui se bagarre » le père Denis précisait que le 20 Février 2014, Fabius n'avait rien à faire à Kiev avec les représentants polonais et allemands pour cautionner un coup d'état soutenu par Svoboda comportant dans ses rangs des néonazis.
Comme il ne faut pas manquer une occasion de s'en prendre à la Russie et à la Syrie, on signale la mise en cause de « proches » de Poutine et de Assad sans dire leurs noms et préciser en quoi ils sont proches, mais on ne s'étend pas sur les placements du prince héritier d'Arabie Saoudite décoré par Hollande de la légion d'honneur.
Pour conclure ce feu d'artifice, le bouquet final revient à la Société Générale et à Frédéric Oudea. Cette banque nous a coûté très cher, on l'a déjà renfloué aux frais du contribuable.
En 2012, devant une commission parlementaire, Oudéa a affirmé sous serment que sa société avait totalement sorti ses filiales du Panama. On retrouve dans les documents dévoilés que la société dispose de 979 sociétés offshore au Panama.
Qu'attend le gouvernement pour prendre les décisions énergiques qui s'imposent, ça sent le Sapin, il ne faut pas toucher aux banques
C'est ainsi que le capitalisme est grand
Père Denis

* un camarade ancien inspecteur du travail CGT et ancien responsable du secteur droits et libertés de la CGT

Commenter cet article

falala paul 08/04/2016 12:14

"N'ont-ils dons pas compris, ces gens qui font le mal? quand ils mangent leur pain, ils mangent mon peuple. Dieu, jamais ils ne l'invoquent " bible ps 52