Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LA MATRAQUE SOCIALISTE

Publié le 19 Avril 2016 par aragon 43

Et celle-là: va t'elle être interdite ?
Et celle-là: va t'elle être interdite ?

QUAND LES MATRAQUES CARESSENT LES TRAVAILLEURS.

Les matraques sont des charmants outils pour caresser gentiment l’échine des travailleurs, un bon manifestant devrait le savoir ….

Il n’y a que les travailleurs de mauvaise foi pour penser le contraire. J'en suis.

Trêve de plaisanterie : quelle effervescence politicienne devant l’image virtuelle d’une matraque sur une flaque de sang ! Et dans l’histoire des révoltes, des tableaux de peintres représentant les atrocités commises par la « soldatesque », étaient d’une toute autre nature.

Alors Messieurs les pourfendeurs calmez-vous !

Ou alors il doit y avoir anguille sous roche ?

Nous avons tous connu des manifestations où les coups pleuvaient contre des manifestants ouvriers et les yeux au beurre noir ne se comptaient plus, de même les bosses et les nez cassés avec le sang qui giclait. Là c’était du réel.

j’ai connu les grandes manifestations des sidérurgistes et particulièrement celles de Denain.

Je me souviens de la façon dont on était frappés les sidérurgistes d’un car qui revenait d’une manifestation paisible et ceux-ci avaient été alignés contre le mur et frappés dans les reins à coup de crosse.

Violence d’état sous Giscard, condamnée à cette époque par toutes les forces de gauche.

La sang a coulé dans ces manifestations et dans bien d’autres après.

Cette montée en épingle sent la manœuvre politique.

Au fait, les paroles de charretiers des agriculteurs, il y a peu, Messieurs les vierges effarouchées du PS, on ne vous a pas beaucoup entendu ….. bizarre.

Et puis, quelques rappels sont toujours bons pour rafraichir les mémoires : par exemple lors des guerres coloniales les répressions féroces où le sang a coulé à maintes fois, est-ce vrai ou faux ? Vous n’étiez pas au pouvoir ?

Ou bien faut-il rappeler la grève des mineurs en 1947 où Jules Moch ministre de l’intérieur socialiste inscrivit son nom comme l’un des plus féroces répresseurs que connut la quatrième république ?

Là, les fusils étaient sortis contre les mineurs et pas seulement les matraques.

Oui, il y a eu des violences d’Etat dans ce pays et ce n’est pas nouveau quand le monde du travail agit.

Une autre chose interroge : d’où viennent les casseurs ?

Et puis pourquoi ce tohu-bohu contre la CGT ? Pour les offusqués, faudrait-il leur rappeler les expressions employées en 1968 de quelques dirigeants bien en cour dans la société présentement et qui proféraient des propos d’une autre teneur que ceux des manifestants d’aujourd’hui et il me semble que certains sont bien en cours dans les allées du pouvoir.

A bon entendeur Salut.

Bernard LAMIRAND

Commenter cet article