LA VOIX DU NORD LA DROITE L'EXTREME DROITE ET LE PATRONAT

Publié le 2 Décembre 2015

FABIEN ROUSSEL ET THIERRY AURY

FABIEN ROUSSEL ET THIERRY AURY

LA VOIX DU NORD LA DROITE L'EXTREME DROITE ET LE PATRONAT

FABIEN ROUSSEL ET L’HUMAIN D’ABORD PEUVENT DIRIGER MIEUX QUE LES AUTRES CETTE REGION NORD PAS DE CALAIS PICARDIE

Nous sommes à quelques encablures du premier tour des élections régionales.

Pour le gratin de l’idéologie dominante les jeux sont faits : Le Front national enlèverait la majorité des sièges et dirigerait le conseil régional Nord Pas de Calais Picardie.

Le journal « La Voix du Nord » fait semblant de s’en étonner et rappelle qu’il fut un journal de la Résistance. Il dénonce ce qui serait une catastrophe si la fille de Le PEN arriverait au pouvoir.

Ce n’est pas faux, mais cela vient après des années de promotion de cette organisation qui a bénéficié d’un traitement que n’a jamais eu le parti communiste pour expliquer sa politique dans le Nord .

Mais pourquoi ce soudain accès de lucidité à quelques jours du premier tour. Pourquoi, en même temps, Gattaz le patron du Medef et Bonduelle patron du Nord et au aussi en Picardie entonnent le même air ?

Ont-ils peur que leurs amis de la droite conservatrice soient battus par une droite encore plus dure qu’eux envers le monde du travail ?

Certainement pas !

En fait, ne veulent-ils pas faire naitre l’ union sacrée autour de la droite et préparer le terrain pour que les voix socialistes du premier tour rejoignent celles de la droite conservatrice ?

Voilà des questions auxquelles il est utile d’essayer d’y répondre et de convaincre le monde du travail qu’il n’a rien à faire dans cette galère droite-extrême droite dans la région Nord Pas de Calais Picardie.

Le danger du vote d’extrême droite existe bien mais il ne doit pas amener à ce que les électeurs soient poussés à choisir avec qui ils vont subir des politiques qui seront de toutes façons tout aussi antisociales et antidémocratiques.

Il y a une autre voie : celle de la vraie gauche représentée par Fabien Roussel et l’humain d’abord.

C’est la seule porte de sortie.

Évidemment, ni la Voix du Nord - journal de droite- ni le représentant du grand patronat du Nord Bonduelle, ne l’évoqueront.

Ni le Front National, ni l’union sacrée entre la droite et le PS, ne garantiront aux populations du Nord et de Picardie de retrouver le progrès et le plein emploi. C’est chose certaine et le monde du travail en sera le dindon de la farce s’il tombe dans le piège tendu.

Cela doit être dit et redit pourquoi ?.

D’une part parce que le Front national est une organisation qui vit sur la décomposition du système capitaliste comme un coq sur un tas de fumier . Il travaille la haine, le racisme, la xénophobie, l’antisocial, il est de par sa nature plus proche de ce pétainisme qui a dirigé notre pays dans la période la plus sombre de son histoire et notamment dans le Nord Pas de Calais où des milliers de résistants ont eu à subir tortures, assassinats, déportations et massacres de ceux qui collaboraient avec le nazisme.

Ce parti n’est pas neuf, il est celui de la pire réaction, des plus obscurantistes qui ont maintes fois sévit dans notre pays. C’est une arrière garde réactionnaire.

Des communistes, des socialistes, des juifs, des immigrés polonais, italiens, espagnols, arabes devenus français eurent à faire à ces organisations d’extrême droite avant guerre et pendant l’occupation.

Cette région est marquée du sang et de la sueur de ces travailleurs de toutes origines qui ont fait cette région et notamment ses industries métallurgiques, minières, textiles, démolies par la droite et chacun peut se souvenir du démolissement de toutes ces industries où jamais le FN n’a défendu le monde du travail.

Aujourd’hui, il s’appuie sur la décomposition industrielle pour s’ériger en défenseur de ce qui lui est totalement étranger : c’est une mystification.

D’autre part, la droite conservatrice, quand à elle, a mis par terre cette région. Elle a sucé la sève jusqu’à son dépérissement avant de s’enfuir à partir de délocalisations des productions dont le nord était fier et je pense en particulier à tous ces patrons du textile qui ont émigré leurs outils de production dans des pays à bas couts de main d’œuvre et ont fait fortune y compris en cachant leur magot dans le voisinage Belge .

Les grand patrons du Nord sont les responsables de ce déclin. Ils ont mis par terre les emplois pour se fixer dans des pays où ils pouvaient à nouveau bénéficier de la main d’œuvre à bon marché comme en Inde, au Pakistan, en Chine et aujourd’hui dans les pays de l’Est.

Ils ont appauvris les populations du Nord et de la Picardie. Tous font partie du CAC 40 dans ce qu’ils rapportent le plus et ils sont au podium des plus grandes fortunes comme ces grands patrons du textile devenus gros commerçants qui ont exporté leurs usines pour ramener ensuite les productions dans les grandes zones commerciales qu’ils dominent.

L’humain a toujours été pour la droite, pour l’extrême droite un variable d’ajustement selon les situations politiques ou du marché.

Quand au parti socialiste du Nord, il a choisi l’accompagnement des politiques de restructuration qu’il a accepté dès qu’il a pris le pouvoir en 1981. Chacun se souvient, dans cette région, qu’il a combattu contre la fermeture de la Sidérurgie dans le Valenciennois Denaisis sous Giscard pour ensuite appliquer la casse de cette industrie sous les gouvernements successifs socialistes qui ont suivi. Ils ont aussi abandonné le textile et la navale et aussi le machinisme agricole naguère puissant dans le Nord et en Picardie.

Depuis longtemps une voix s’est fait entendre, peu perceptible sous les masques de l’idéologie dominante comme quoi il fallait accepter la casse pour que demain cela aille mieux, cette voix c’est celle du parti communiste français et chacun peut se souvenir des interventions de Gustave Ansart à l’Assemblée Nationale et d’Alain Bocquet alors secrétaire de la Fédération communiste du Nord.

Le parti communiste a toujours été auprès de ce monde du travail du Nord et de la Picardie répétant inlassablement qu’il y avait d’autres perspectives que celles de la casse industrielle et que celle-ci entrainerait la région dans la pauvreté absolue.

Cette voix va-t-elle se faire entendre aujourd’hui parmi le monde du travail ?

Il n’est pas trop tard.

« L’humain d’abord » nous dit Fabien Roussel et sa liste Front de gauche. Il a raison. Il est le seul à tenir ce langage, partir des êtres humains, de ceux qui souffrent et quelque fois tombent dans les pièges de l’extrême droite. Oui l’humain d’abord c’est de faire en sorte que la travail redevienne la source de vie pour tous et toutes, que notamment tout soit mis en œuvre dans cette région qui dispose d’atouts majeurs pour redresser son économie et redonner du travail et que la vie reprenne ses droits par un bon salaire et de bonnes conditions de travail, que le peuple puisse décider et non pas être enchainé à la misère voulue et établie par ces dominants que sont ces capitalistes du Nord qui en ont profité de cette misère qu’ils ont établis.

L’humain d’abord c’est aussi aider à ce qu’ils ne tombent pas dans les griffes de la bête immonde qui sévit déjà dans le Nord Pas de Calais où elle tue la démocratie et la culture et enseigne la haine.

Fabien et la liste l’humain d’abord représente tout ce que la droite et l’extrême droite n’aime pas : cette liste composée d’hommes et de femmes du peuple est représentative de la population qui veut que cela change dans le vrai, qui veut vivre ensemble quelque soit leurs origines et leurs cultures. Une liste pour la liberté.

Oui, « l’humain d’abord » devrait être le cri de ralliement de tous et de toutes dimanche prochain dans tous les bureaux de vote.

Bernard LAMIRAND Nordiste devenu picard mais c’est la même chose.

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article