Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

CSI : NE PAS FAIRE CONFIANCE AUX ENTREPRISES INTERNATIONALES

7 Juin 2015 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #syndicalisme

CSI : NE PAS FAIRE CONFIANCE AUX ENTREPRISES INTERNATIONALES

Un sondage d'opinion réalisé pour la CSI, révèle qu'on ne peut compter sur les grandes multinationales pour protéger les travailleurs.

C'est une évidence que l'on remarque partout où ils s'installent et dominent. La CSI s'adresse au G7 pour modifier le cours des choses, c'est croire que ce groupement des pays pratiquant le libéralisme et l'austérité envers le monde du travail et acceptant dans leurs pays réciproques la mise en concurrence des travailleurs et le dumping social serait épris de justice sociale.

Il serait plus utile que la CSI, à partir de ce sondage, appelle tous les travailleurs du monde entier à engager de grandes luttes internationales merci contre ces multinationales qui exploitent et surexploitent les travailleurs du monde entier.

Bernard LAMIRAND

Ci6 dessous le communiqué de la CSI

CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE

CSI en ligne

041/030615

Le G7 mis en garde contre les entreprises internationales minées par un manque de confiance

Bruxelles, le 4 juin 2015 (CSI en ligne): Seulement une personne sur cinq dans les économies occidentales, notamment l’Allemagne, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, considère qu’on peut compter sur les entreprises en ce qui concerne leur main-d’œuvre mondiale, selon un nouveau sondage d’opinion commandé par la Confédération syndicale internationale.

Le sondage d’opinion publié à la veille du Sommet du G7, qui se tient en Allemagne, sur fond d’inquiétudes politiques croissantes suscitées par le fait que les entreprises multinationales et les organisations internationales, telles que la FIFA, font fi des accords et violent les règles.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, a indiqué que le G7 pourrait jouer un rôle crucial en renforçant l’État de droit.

« Les nations du G7 sont dotées de lois garantissant les droits fondamentaux des travailleurs et des travailleuses dans leur propre pays. Elles peuvent garantir l’égalité de traitement des travailleurs/euses dans d’autres pays où opèrent les entreprises établies dans les pays du G7, en étendant le même État de droit au-delà de leurs frontières. »

Compte tenu de la croissance des chaînes d’approvisionnement mondiales, représentant trois quarts du commerce mondial, les grandes entreprises engagent des travailleurs et des travailleuses aux quatre coins du monde dans des pays comme l’Indonésie, les Philippines et la Turquie – mais souvent indirectement à travers une chaîne de sous-traitants.

« Les citoyens ont lancé un appel aux dirigeants du G7 pour qu’ils ne comptent pas sur les entreprises pour s’occuper de leur main-d’œuvre dans le monde. Ils ne comptent pas sur elles pour leur verser un salaire décent, ils ne comptent pas sur elles pour respecter leurs droits et ils ne comptent pas non plus sur elles pour prendre la sécurité au sérieux », a déclaré Sharan Burrow.

Le sondage d’opinion de la CSI sur la confiance dans les entreprises et les chaînes d’approvisionnement révèle que:

• 55 % des personnes interrogées en Allemagne, aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni considèrent qu’on ne peut compter sur la plupart des entreprises internationales pour s’occuper de leurs travailleurs et que des réglementations plus strictes sont nécessaires; • 80 % des personnes interrogées en Indonésie, aux Philippines et en Turquie sont d’avis que la plupart des employeurs privilégient le profit au détriment de la sécurité de leurs travailleurs; • Plus de trois quarts (78%) des personnes en Indonésie, aux Philippines et en Turquie pensent que les entreprises devraient payer à tous leurs travailleurs un salaire minimum décent – quel que soit l’endroit où ils se trouvent.

« La grande majorité considère qu’on ne peut compter sur ces entreprises pour s’occuper de leurs travailleurs dans la mesure où elles privilégieront le profit au détriment des intérêts des citoyens, y compris la sécurité de leurs travailleurs. Compte tenu de cette perte de confiance, il incombe à nouveau aux gouvernements de collaborer afin de demander à ces géants mondiaux de rendre des comptes par rapport à leurs travailleurs », a indiqué John Evans, secrétaire général de la Commission syndicale consultative auprès de l’OCDE.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article