HOLLANDE ET GATTAZ VEULENT SIMPLIFIER LA MEDECINE DU TRAVAIL

Publié le 7 Novembre 2014

HOLLANDE ET GATTAZ VEULENT SIMPLIFIER LA MEDECINE DU TRAVAIL

MEDECINE DU TRAVAIL :HOLLANDE ET GATTAZ VEULENT SIMPLIFIER LEUR RESPONSABILITE

Je viens de lire avec stupéfaction le dossier de l'Humanité du 7 Novembre 2014 consacré à des révélations concernant la remise en cause par le patronat de la médecine du travail.

Le fac similé que s'est procuré le journal l'Humanité est éloquent, le patronat veut, tout compte fait, réduire la médecine du travail à un rôle subalterne et avoir les mains libres pour exploiter les salariés sans avoir à rendre compte des consèquences sur leur santé.

Nous allons en revenir aux suceurs de sang.

En fait, ils veulent se débarrasser d'un système qu'ils dirigent depuis 1942 ( Pétain) avec des médecins qu'ils avaient ( pas tous) à leurs bottes puisque c'était le patronat et particulièrement l'Union des industries métallurgiques et minières qui les engageait.

En fait, les médecins du travail ne sont plus depuis longtemps le pli sous la couture du pantalon à leurs ordres et souvent ils dénoncent les conditions de travail des salariés et notamment la santé mentale qui se dégrade face à la précarité,à la flexibilité et « le marche ou crève » pour dégager le maximum de profit.

Abolir la médecine du travail sous prétexte que la visite n'est plus suivie est un artefact pour cacher la véritable raison : celle de n'avoir à supporter aucune responsabilité pénale en cas de maladie professionnelle, d'acccidents de travail, de mesures à pour les postes de travail selon leur état de santé.

Connaissant bien ces questions en tant qu'ancien sidérugiste, je peux témoigner que la médecine du travail était un outil que nous utilisions fortement pour prévenir les accidents et les maladies professionnelles et la visite médicale annuelle permettait aux médecins de détecter les signes avant coureurs de maladie qui allaient se déclarer tôt où tard, de discuter avec les salariés de leurs conditions de travail et d'éliminer des risques graves.

Ainsi de nombreux sidérurgistes ont été soignés à temps, d'autres ont été sauvés d'accidents du travail notamment dans les endoits les plus dangereux comme les huts fourneaux, les aciéries et les laminoirs par les inspections des médecins du travail avec les élus du personnel.

Combien de travailleurs qui ne voyaient jamais un médecin de ville ont été informé par le médecin du travail de telles ou telles maladies comme le diabète, les risques cardio vasculaires, de cancers etc. Combien d'autres, qui n'en pouvaient plus de travailler dans des conditions qu'ils ne pouvaient plus supporter, ont été mis dans des postes de travail plus doux ou encore ont été retiré du travail posté ou de nuit pour sauvegardé leur santé par des médecins du travail disponible et à leur écoute.

Oui, cette médecine du travail il faut la détenir à l'entreprise : elle joue un rôle important auprès des CHSCT et du comité d'entreprise. La défaire avec les comités d'entreprises et les délégués du personnel pour les remplacer par un organisme unique serait revenir à des temps révolus.

Alors simplifier la médecine du travail, c'est la défaire et la rendre inopérante au profit du patronat qui pourra dormir tranquille face aux maladies professionnelles dont on sait qu'il porte l'entière responsabilité comme nous le voyions avec l'amiante par exemple.

Demain une feuille de paie avec quelques lignes , une médecine du travail défaillante, un contrat unique d'embauche où le patronat décidera de tout, c'est rendre la vie au travail insupportable pour le salarié.

Ce serait aussi des CE qui ressembleront aux comités sociaux de Pétain.

Voilà ce qui se cache derrière la simplification.

Hollande et Gattaz ne sont pas des simplistes, simplement ils veulent simplifier les travailleurs en les rivant à leur travail décrété et leur oter le goût de la revendication et des droits sociaux.

Alors compliquons leur la vie.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article