RETRAITES: BAS LES PATTES HOLLANDE !

Publié le 1 Octobre 2014

RETRAITES: BAS LES PATTES HOLLANDE !

LES RETRAITES N’EN PEUVENT PLUS

Hier, ils sont descendus dans les rues pour manifester leur ral-le bol de la politique gouvernementale qui les touchent particulièrement.

Je ne vais pas énumérer dans cet article toutes les remises en cause de la retraite et du niveau de vie que les retraité-es subissent depuis des années et qui vient de s’accentuer depuis l’élection de François Hollande comme président de la République par le gel des pensions.

C’est effectivement à un abaissement social voulu et décidé depuis des années que nous assistons en matière de retraite des salariés du privé comme du public.

Que ce soit en matière de niveau de retraite, des départs plus tardif, des impôts sur le revenu de plus en plus importants et des impôts locaux qui vont encore augmenter du fait de la réduction des dotations de l’Etat : tout est remis en cause et chaque atteinte se répercute sur d’autres domaines tels par exemple la gratuité des transports pour les personnes âgées, la taxe télévision etc.…

Un dernier exemple vient du passage annoncé de la CSG du taux de 3,8 % à 6,6 % qui va encore amputer les retraites de ceux qui bénéficiaient du taux réduit et là la cascade des remises en cause touchera des retraités à bas revenus qui verront notamment leurs impôts locaux croître.

En fait, c’est une véritable agression des socialistes que subissent les retraité-es qu’ils soient du secteur privé ou de la fonction publique, personne n’est à l’abri de cette volonté destructrice de ce gouvernement de frapper les retraité-es de toutes catégories et ce n’est pas les quelques miettes pour calmer les plus basses retraites qui atténueront une colère qui grandit en ce moment.

Avec les mesures prises pour geler les pensions jusqu’en octobre 2015 ( et pourquoi pas après), le pouvoir fait payer la note aux retraité-es et cela fait partie du coût du travail à réduire expressément pour la rentabilité des entreprises et des actionnaires.

Gattaz a satisfaction : la remise en cause de l’état providence lui permet de moins débourser et de faire rentrer ce qui est pris aux retraités dans les profits.

Cela nécessite que soit menée le débat avec l’ensemble des retraité-es et l’action du 30 septembre ne peut être qu’un prélude à des initiatives de plus grandes ampleur.

Le monde retraité parait hébété par toutes ces atteintes qui les frappent et les laissent groggy, notamment ceux qui sont déjà au fond du trou avec des retraites de misère.

Le mérite de l’initiative du 30 septembre est de leur sonner le tocsin, il s’agit maintenant de les convaincre qu’il est parfaitement possible de se rassembler par millions de retraités et d’exiger que soit mis fin à ce vol de nos retraites par un gouvernement qui devrait plutôt les augmenter que de les baisser.

Le 16 Septembre une nouvelle journée de luttes vise l’ensemble revendicatif pour redonner du pouvoir d’achat par l’augmentation es salaires et des retraites, par une meilleure sécurité sociale et des conditions de travail et d’emploi permettant de remettre de la croissance.

Oui, il est plus que jamais nécessaire que partout le monde du travail clame non pas sa désespérance mais sa volonté d’en finir avec cette sale politique antisociale que mène le gouvernement Valls.

Hollande insinue qu’il n’entend pas encore crier et que donc les économies ne sont pas encore visibles pour ceux qui les supportent et on peut penser le monde du travail : quel morgue, quel mépris pour toutes ces personnes pauvres touchées de plein fouet par ses mesures antisociales pendant qu’il redresse le porte feuille de ses nouveaux amis de la finance.

Alors, oui, que les luttes éclatent partout, que les pancartes sortent, que les manifestations et grèves se multiplient, que ce gouvernement soit mis à l’index.

Oui, notre nombre peut faire basculer les choses.

Hollande et Valls, bas les pattes sur nos retraites et notre santé.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article