LE BATTU DE 2012 VEUT GOUTER A NOUVEAU l'AIR VICIE DE l'ELYSEE

Publié le 20 Septembre 2014

LE RETOUR DU PRESIDENT DE LA FINANCE
LE RETOUR DU PRESIDENT DE LA FINANCE

NAPOLEON LE PETIT RENTRE EN SCENE

Le « battu » de 2012 a soif de revanche.

Il a décidé, comme un phénix qui renait, de récupérer l’UMP en pleine déconfiture, pour se lancer dans la reconquête de son fauteuil de président de la République, qui lui permettait de pourvoir à ses amis de la finance.

Ainsi, nous allons revoir cet individu dans les étranges lucarnes de la télévision où il a gardé l’essentiel de ses amis, ceux et celles qui ont été fait roi et reine par lui.

Des amis-es qu’Hollande n’a pas osé retiré des appareils médiatiques où ces gens là continuent leur triste besogne contre le monde du travail.

Une nouvelle qui ne déplait pas au pouvoir actuel qui pourra orienter le débat sur le retour de Sarkozy et susciter les rejets en espérant qu’il aura la paix pour continuer le travail de sape entrepris pour casser le social et appliquer le social libéralisme à l’allemande.

Napoléon le Petit va donc envahir les écrans télé, les radios, la presse et venir obstruer le véritable débat : celui d’une autre politique de gauche que celle menée actuellement. Sarkozy, pourra immanquablement poursuivre en allant encore plus loin dans le recul social et dans les cadeaux au patronat.

Tout cela nous montre où nous en sommes arrivés avec cette cinquième république ou le pouvoir est confié à un homme pour appliquer une seule politique : celle des gros intérêts financiers.

Nous allons donc voir se développer la course des égos pour le pouvoir et l’échéance de 2017.

A droite le combat est déjà engagé pour la place entre les partisans d’une droite conservatrice et une extrême droite Le péniste qui veut la place et à gauche bien malin qui pourra dire ce qui se passera vu les dégâts actuels de la politique gouvernementale.

Seul un sursaut et des luttes de grande ampleur peuvent modifier la donne à gauche.

Quand à Sarkozy, cette candidature montre à quel point les institutions de la cinquième république sont vérolées en permettant que cet individu qui traine plein de gamelle, puisse se présenter.

Peut-être, tout compte fait, que ce poste de Président, permettra de le protéger contre d’éventuels procès ?

Triste cinquième république.

Ceci dit, un point positif, un sondage de ce jour indique que les français ne veulent plus de cet individu qui les a plongé dans la panade.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article