FACE A HOLLANDE ET VALLS : QUE FAIRE ?

Publié le 19 Septembre 2014

PLUS JAMAIS CELA OU l'ON VOIT UN PRESIDENT AUX ORDRES DU MEDEF
PLUS JAMAIS CELA OU l'ON VOIT UN PRESIDENT AUX ORDRES DU MEDEF

FACE A HOLLANDE ET VALLS : QUE FAIRE ?

Une conférence de presse, hier en fin d’après midi, d’une telle platitude que je me demandais s’il valait le coup de commenter le prêchi-prêcha du Président de la République.

Une remarque : cette République montre vraiment ce qu’elle est en ce moment avec un seul homme à sa tête qui la ballote dans n’importe quel sens alors que nous aurions besoin d’une République démocratique où le peuple prend les décisions qui lui importe pour son devenir.

Là, nous sommes figés dans un magma libéral qui nous ensevelit.

Aucune inflexion vers la gauche, on continue comme si rien n’était, et il sait qu’il va droit dans le mur.

C’est un chauffard.

Alors, que faire ?

Il ne nous reste plus que le peuple de gauche à rassembler pour qu’il casse la porcelaine libérale dont est empreint ce gouvernement à la tête duquel Valls imprime les recettes capitalistes les plus éculées : celles de retourner au degré zéro du social pour satisfaire les dividendes.

Et hier soir, dans une émission sur la 2, nous avons vu se déployer les pires conservateurs, ceux qui veulent en finir avec le code du travail, trop épais et qu’il s’agirait d’en laisser quelques lignes suffisamment floues pour laisser au patronat toute latitude pour exercer son pouvoir sans partage dans l’entreprise comme du temps les plus reculés de la préhistoire sociale.

Heureusement il y avait Pierre Laurent ( enfin) pour contrecarrer ces projets néfastes pour le monde du travail et porter les responsabilités de la crise sur ceux qui l’alimentent en austérité, en baisse du pouvoir d’achat, en conditions de travail de plus en plus dégradées et précaires comme ces informations qui nous indiquent que maintenant les salariés ne sont plus embauchés en CDI mais en CDD et dans des formes de plus en plus précaires.

Des hommes et des femmes ont la souffrance au travail et la souffrance de ne plus avoir un vrai travail dans une société capitaliste qui, pour s’en sortir, ne voit plus que son salut dans la baisse du coût du travail.

Une militante syndicale de FO présente a bien dit les choses en insistant sur les salaires qu’il faut augmenter.

Alors que faire ?

La Le Pen a la solution : fermer les frontières, renvoyer les immigrés, sortir de l’Europe et de l’Euro, fermer notre économie et ne plus commercer et vendre à l’extérieur et nous ne l’avons pas entendu pour défendre le code du travail ni pour les seuils d’accueils pour les élections professionnelles.

En fin de compte : se recroqueviller sur nous-mêmes et regardez les autres comme des ennemis, créer les conditions d’une vraie guerre civile dans notre pays en montant les haines partout.

Il y a autre chose à faire : l’action et la mobilisation du peuple et en particulier du monde du travail qu’il soit en activité ou en retraite.

Hollande attend ce qu’il lui reste de mandat pour espérer un retournement de situation, Sarkozy attend son heure pour faire pire encore, nous avons 2 années pleines pour retourner ce paysage politique mortifère.

Créer les conditions d’une large mobilisation des salariés qui balayent cette politique désastreuse.

Alors retroussons les manches.

Allons en débattre avec les salariés là ils sont.

Oui, nous pouvons faire en sorte qu’un raz-de marée social vient balayer l’austérité et ces pratiques anti-sociales.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article