Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

VALLSEPATRONAL CHEZ GATTAZ CE JOUR (HUMOUR)

Publié le 27 Août 2014 par aragon 43 in humour

VALLS APPORTE UNE BROUETTE DE PROFIT AU MEDEF
VALLS APPORTE UNE BROUETTE DE PROFIT AU MEDEF

EXTRAITS DU DISCOURS DE VALLSPATRONAL TENUS A L’UNIVERSITE D’ETE DU MEDEF CE JOUR A JOUY JOSAS DEVANT DES MILLIERS DE PATRONS ENTHOUSISAMES

Monsieur le Président, Mon cher Pierre,

Enfin nous avons le gouvernement que vous désiriez depuis votre nomination comme Président du Medef.

Nous avons éliminé les derniers vestiges sociaux démocrates qui nous gênaient dans notre progression vers vos revendications patronales.

Comme nous vous l’avions dit lors de nos diverses rencontres et agapes, notre ennemi n’est pas la finance, ce n’était qu’un discours électoral pour nous différencier de celui de Sarkozy considéré comme le président des riches. Il fallait ruser pour avoir une majorité assurée à la présidentielle.

Nos rencontres avec vos amis les banquiers ont été à ce sujet convaincantes et ceux-ci ont vite compris que c’était du vent pour aguicher l’électeur de gauche qui était vent debout contre les banques qu’il considérait comme responsables de la crise des subprimes et aussi la spéculation à l’exemple de la Société générale.

Je pense que maintenant nous avons les équipes ministérielles à la hauteur de l’enjeu pour appliquer les mesures que vous ne cessiez de nous proposer mais que nous ne pouvions y parvenir du fait de combats d’arrière garde menés par des socialistes qui ne comprennent pas les critères du marché libre et non faussé du traite Européen.

Maintenant nous sommes fin prêts pour appliquer vos mesures et rendre justice à tous les patrons qui triment, suent sang et eau pour créer des richesses.

D’ailleurs nous l’avons démontré dés le début de cette année par le pacte de responsabilité que notre Président Hollande a mis en avant pour que le cout du travail soit réduit à sa plus simple expression et que vos impôts diminuent comme neige au soleil.

Notre discours se situe donc sur l’offre et non la demande.

Nous avions encore quelques résidus qui la proposait mais ils sont maintenant réduit au silence. j’ai moi-même indiqué aux médias télévisés, à nos experts patentés de ne pas leur offrir la parole qui exciterai les travailleurs à réclamer des hausses de salaires et donc de nuire à vos rentrées de dividendes.

Comme vous avez pu le constater nos pactes de compétitivité et de responsabilité commencent à porter leur fruits. Vous n’ignorez pas que nos entreprises en ce moment réalisent des profits records, plus de 30 % en quelques semaines. Ce sont les premiers résultats de ces mesures que nous avons prises pour vous.

Le cru 2014 sera incontestablement un bon cru pour les actionnaires.

Attendez vous à d’autres surprises agréables pour 2015. Sarkozy, Fillon, Juppé, n’ont plus qu’à bien se tenir, nous savons faire mieux qu’eux. D’ailleurs, vous avez pu constater qu’ils ont été sans voix depuis nos décisions de remanier le gouvernement et d’assurer une politique libérale qui vous sied très bien.

Pour 2017, vous n’aurons pas besoin de leur service, nous ferons mieux qu’eux.

Pour le pacte de responsabilité nous avons eu recours à l’abnégation de quelques partenaires syndicaux qui l’ont accepté et qui font honneur à l’entreprise capitaliste.

Nous avons remarqué avec quel zèle, le camarade Berger, essaye de réunir le troupeau autour de ce pacte de donnant perdant qu’il a accepté. Pensez à lui quand il prendra sa retraite, il peut faire un bon chef d’entreprise.

Je tiens à rassurer ici tous les actionnaires : c’est vous qui créent les richesses, peut importe les conditions de travail, la précarité de l’emploi, car n’oublions jamais que c’est votre argent qui permettra à la France de se relever et non les récriminations des irresponsables.

Certes il faut bien que des individus travaillent mais ils le peuvent mieux s’ils acceptent que les salaires soient aléatoires, que les conditions de travail ne soient plus dictées par des questions de repos et de congés qui sont en ces temps de crise fauteurs de reculs sociaux.

Notre ami Sapin s’en est rendu compte quand il était ministre du travail, vous pouvez compter sur lui pour rendre encore plus difficile l’octroi d’avantages aux salariés et aux retraités.

Nous pensons comme vous que le chômage se réglera que par des emplois de plus en plus précaires comme en Allemagne.

Nous pensons aussi qu’il faut mettre un terme au 35 heures et revenir à 48 heures sans augmenter les salaires actuels.

Nous mettrons rapidement en place un nouveau code du travail qui comportera quelques feuillets, un peu comme la feuille de paie où ne subsistera que quelques lignes.

Bien sûr, dans un prochain temps, nous comptons supprimer totalement toutes les cotisations sociales. Est fini le temps du CNR et des désastreuses décisions qui vous ont longtemps ôtées de succulents profits.

Monsieur le Président Gattaz, scellons un pacte d’amitié, l’entreprise a besoin d’exploiteur comme vous pour retirer le maximum de bénéfice ;

Je tiens au nom du gouvernement, du Président de la République , à m’incliner devant votre stratégie qui est la bonne pour redresser les comptes des actionnaires.

Et je reprendrais la formule de Helmut Smith, chancelier socialiste allemand qui avait dit, les profits d’aujourd’hui feront les emplois de demain.

Pour mettre en œuvre cette politique en votre faveur et celle de tous les patrons de France, nous avons décidé de mettre un des vôtres à la tête du ministère de l’Economie. Monsieur Macron de la banque Rothschild. Il sera notre lien entre nous pour que règne enfin une grande amitié entre notre gouvernement libéral et la finance devant laquelle nous nous inclinons comme des serviteurs les plus fidèles.

Signé : VALLSEPATRONAL

Commenter cet article

CHAVANON 28/08/2014 17:40

C'est complètement débile. Si Valls a tenu ces propos devant la MEDEF, c'est qu'il est moins con que ses copains de gauche qui en sont restés aux luttes de classes du 19ième siècle. Quand aurez-vous compris que :
- ce sont les Entreprises qui embauchent, pas l'Etat (quand il le fait cela nous coûte cher), encore moins les syndicats. Je n'ai jamais vu un syndicaliste embaucher, ou quand il l'a fait il a changé de syndicat, il est passé au MEDEF.
- qu'il y a une énorme différence entre le Entreprises de CAC et les milliers de PME, TPE, d'artisans paysans et professions libérales dont beaucoup ont du mal à gagner le SMIC.
Vous êtes jaloux de ce qu'on appelle les "gros" plein de fric, votre seule ambition est de vouloir leur prendre au lieu d'essayer de d'en gagner comme eux. Vous en êtres encore au "Grand partage", "Donne moi ta montre je te donnerai l'heure". ou "Tout ce qui est à moi est à moi, tout ce qui est à toi est à nous"

Lamirand 29/08/2014 09:07

Oui la lutte de classe existe et elle n'est pas prête à disparaitre. Au contraire, Marx est d'actualité en ce moment, lis-le et regarde cette crise du capitalisme, elle est là et elle détruit pour reconstituer le profit.
Je ne suis pas jaloux des "gros plein de fric, je pense qu'il intolérable que quelqu'uns s'emparent des richesses et vivent bien pendant que des milliards d'individus crèvent en ce moment de la misère dans ce monde pourri par le capitalisme auquel Valls vient de faire allégeance.