Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

VALLS SUPPOT DU PATRONAT

27 Août 2014 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #politique

BIENTOT LES EMBRASSADES
BIENTOT LES EMBRASSADES

VALLS ADOUBE PAR UN PARTERRE DE PATRONS CONQUIS PAR CELUI QUI FOULE AU PIED LES CONQUETES SOCIALES DU FRONT POPULAIRE ET DE LA LIBERATION

S’il y avait encore quelques doutes concernant l’attitude de ce gouvernement socialiste et du Président de la République, le déplacement de Valls à l’Université d’été du Medef à Jouy en Josas lève les dernières interrogations sur la stratégie de ce pouvoir socialiste devenu adepte de la loi du profit maximum.

J’aime l’entreprise a dit Valls aux patrons, en fait il aime les patrons, n’en doutons plus.

Ce fut donc une déclaration d’amour, mais aussi la « cocufaction » du monde du monde du travail par le parti socialiste et les quelques faire valoir qu’Hollande a mis en place.

Un amour pour l’entreprise dit-il aux patrons, plutôt un amour pour cette compétitivité qui tue l’emploi, qui surexploite des salariés au point de faire en sorte que notre pays aujourd’hui subit un chômage massif parce que les entreprises qui n’appartiennent pas qu’aux patrons sont dirigées vers la concurrence la plus violente, celle où seule compte la réduction des coûts pour réaliser les profits les plus élevés.

Quelle honte de voir ce dirigeant socialiste élu par les électeurs de gauche indiquait dans son intervention que le coût du travail est trop élevé en France.

C’est une vénération de l’argent roi et une détestation de ceux qui disent haut et fort que ce sont que des cadeaux au patronat. Oui Monsieur Valls, des cadeaux aux patrons les plus retors dont ceux des banques dont vous savez pertinemment qu’ils débauchent depuis des années et qu’ils n’ont pas l’intention d’embaucher qu’il y a un pacte de responsabilité.

Jamais dans son discours il n’a fait référence à ceux qui produisent les richesses : les travailleurs.

Pour lui, ce sont les actionnaires qui permettent la création de richesse quand ils décident d’investir dans l’entreprise. Ceux qui disent le contraire seraient donc d’affreux rétrogrades. Pour lui la lutte de classe n’est plus qu’un souvenir et dans l’entreprise il faudrait collaborer patron, salariés, syndicats pour redresser la France …. comme au temps du vichysme peut-être !

Les chiffres de chômage sont tombés ce jour et annoncent une nouvelle augmentation et l’INSEE indique que depuis l’arrivée des socialistes au gouvernement plus de 500000 emplois ont été perdus.

Perdus parce que ce gouvernement a choisi de toucher aux salaires, aux retraites, aux aides sociales, parce qu’il a réduit les aides sociales pour servir le dividende qui vient de battre des records en 2014 en quelques mois et se situe comme l’un des plus élevé du monde capitaliste.

Quelle honte alors de voir ces politiciens socialistes renier leur promesses et s’affichaient comme les meilleurs amis de ceux qui détruisent chaque jour nos emplois et rendent la vie de plus en plus insupportable dans ce pays et dans cette Europe de l’austérité.

Quel déni de votre part Monsieur Valls : sont Oubliés les discours enflammés comme quoi l’ennemi était la finance, oublié la présidence des riches précédentes que vous condamniez, oublié la défense des entreprises menacées de fermetures et les discours enflammés de votre Président contre Sarkozy le casseur.

Du jamais vu cette démission sociale dans ce pays révolutionnaire, au point de faire retourner dans sa tombe au Panthéon Jaurès ; oui Jaurès, ils sont devenus fous. IL fallait voir tous les pontifes du Medef applaudir ce socialiste qui venait s’agenouiller devant eux.

Quel terrible aveu quand il tend la main au patronat en disant: «La protection des salariés est élevée en France. Des adaptations sont possibles». Certaines règles seront allégées, par exemple concernant le travail le dimanche dit-il. Mais aussi d’autres domaines comme la protection sociale et les cotisations sociales ou les seuils d’accueil pour les élections professionnelles.

Dans l’assistance tout le gratin patronal, tout ceux qui ont mis notre pays en faillite jubilaient de plaisir de voir un socialiste rampait devant eux. Il y avait celui qui avait dit lors de l’élection de Sarkozy : « A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

Cet individu s’appelle Denis Kessler : il est là en tant que PDG de Scor, Denis Kessler a touché une rémunération globale de 2 562 500 € en 2013. Denis Kessler figure à la 22 e position du classement des patrons les mieux payés en 2013 sur un total de 124 dirigeants.

C’est ce patron que Valls vient de servir, quelle honte.

Celui-ci bien entendu, comme Gattaz lui a fait une standing ovation .

Il ne manquait plus que les embrassades.

Militants et adhérents socialistes qu’attendez-vous pour renverser la table et virer tous ces énarques, ces experts, ces banquiers, ces petits bourgeois qui ont investi votre parti et sont entrain d’en faire une annexe du Medef et des multinationales.

A la Rochelle il est plus que temps que vous réagissez.

Ailleurs, la droite s’excite, Valls et Hollande sont entrain de permettre leur retour et aussi l’arrivée de la droite la plus infecte : le FN.

Au monde du travail, il ne lui reste plus que la lutte et de travailler à une grande levée de bouclier pour faire rengainer toutes les saloperies que préparent Valls pour satisfaire les financiers et les grandes multinationales.

Bernard LAMIRAND

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article