Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

LE CHAPEAU DES MILITANTS SOCIALISTES

13 Février 2014 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #syndicalisme

LE CHAPEAU DES MILITANTS SOCIALISTES

PHOTO / METTRE FIN A CETTE LIAISON PERVERSE

LE CHAPEAU DES MILITANTS SOCIALISTES

Nous les avions vu manifester avec l’ensemble du monde du travail contre les réformes antisociales de Sarkozy. Ils étaient de toutes les actions pour bouter cette droite qui avait mis le pays à plat depuis 2002 et à longueur de manifestations leurs élus étaient aux premières loges, écharpes tricolores visibles, disputant la place à ceux plus à gauche pour montrer leurs désaccords devant les politiques antisociales et notamment celle de la retraite à 60 ans que les gouvernements de droite s’acharnaient à défaire.

Las, le premier acte de Hollande fut de céder et de mettre la retraite à 67 ans pour les futures générations puis de supprimer la cotisation sociale des allocations familiales patronales pour la faire payer par les petits contribuables que nous sommes.

Ces militants ont-ils changés, portent-ils le chapeau d’une politique libérale qu’ils ont tant dénoncés avec vigueur dans l’opposition ?

Nous nous souvenons des discours de justice sociale tenus par Martine AUBRY alors secrétaire national du PS, ceux aussi de Montebourg qui, depuis, a tourné casaque pour prendre le chapeau haut de forme - made in France- de la bourgeoisie ; les choses se sont aggravés depuis et manifestement la contradiction est grande entre le refus de l’antisociale d’hier et celui de l’acceptation de demander aujourd’hui que les travailleurs payent la note de la crise et des politiques libérales menées par la droite.

Que sont devenus ces militants et militantes socialistes depuis qu’Hollande dirige la France ?

Jusque quand vont-ils avaler leur chapeau ?

Ils sont silencieux pour ceux que nous rencontrons, on ne les sent pas à l’aise, parfois on dirait que le ciel leur est tombé sur la tête.

Ils tournent les talons à la moindre question sur l’attitude pour le moins équivoque de ce gouvernement qui plie devant les demandes antisociales du patronat.

Dans les entreprises, face au coups de boutoirs du patronat, d’un gouvernement qui cède à ses demandes, d’un syndicat CFDT sur le plan national qui se comporte en courroie de transmission de ce gouvernement en parfait accord avec le patronat à travers des accords scélérats, comme celui de la flexibilité de l’emploi, du temps de travail et des salaire ; que sont devenus alors ces militants socialistes qui, souvent, renchérissaient sur les objectifs revendicatifs ?

Ils courbent l’échine.

Deux mesures nouvelles sont en cours d’analyse pour être mis en vigueur prochainement par le gouvernement socialiste pour réduire les coûts.

Il s’agit des primes et des évolutions de carrières des fonctionnaires qui n’ont pas vu leurs salaires revalorisés depuis 5 ans, chacun sait que les fonctionnaires votent à gauche et ont voté au second tour pour Hollande. Qu’en pensent ces militants socialistes qui, dans la fonction publique, représentent une part non négligeable de l’électorat socialiste ?

Hier soir, d’entendre le président du groupe socialiste confirmait que ces mesures étaient à l’étude au niveau du ministère des finances, a dû retourner ce qui reste de confiance pour ces militants qui avalent couleuvres sur couleuvres.

Et ce matin, le comble, le gouvernement socialiste serait entrain de magouiller avec le patronat-ce qui n’est plus étonnant- pour réduire les représentations syndicales dans les entreprises et remettre en cause les seuils en effectifs pour élire les DP, les CE et en faire « un donnant-donnant » dans le cadre du pacte de responsabilité.

Rappelons que ces seuils ont fait l’objet d’une grande bataille à la libération quand furent mises en place les représentations du personnel dans l’entreprise et de Gaulle avait fixé le seuil pour les comités d’entreprises à 100 salariés et en limitant l’intervention des salariés concernant la marche de l’entreprise ; Croizat, alors ministre du travail, modifia le décret pour le mettre à 50 salariés et y inclure l’expertise comptable des comptes de l’entreprise.

Et pour diminuer les coûts de la représentation du personnel, comme l’exige le patronat, une atteinte nouvelle à la démocratie sociale à l’entreprise est en cours de réflexion, celle de regrouper en une seule représentation les CHSCT, les comités d’entreprises, les élus du personnel et certainement en réduisant leur rôle par une globalisation qui portera atteinte à une démarche syndicale qui différencie et précise le rôle du CE, celui des délégués du personnel, celui des conditions de travail.

Alors, ces militants socialistes vont-ils encore accepter longtemps de manger leur chapeau dont il ne reste plus que le galon ?

N’est-il pas temps de ruer dans les brancards, de dire : « cela suffit » et « nous ne voulons pas que ce gouvernement marche dans les pas de la droite la plus réactionnaire que notre pays a connu depuis la libération ».

Reste-t’il encore chez ces militants, un degré de rébellion face à cette politique libérale qui n’a plus rien à voir avec l’engagement à gauche ?

Vont-ils rejoindre alors la cohorte de ceux prêts à agir et qui n’en peuvent plus de cette politique droitière.

On ne peut que le souhaiter car devant cette droite de plus en plus néo-pétainiste et de l’extrême droite qui montre ces dents, nous avons besoin d’un véritable Front populaire d’aujourd’hui.

Militants socialistes, ne rasez plus les murs, manifestez vos désaccords avec cette politique libérale de Hollande et de son gouvernement qui vous est étrangère et rejoignez les luttes.

Bernard LAMIRAND

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article