Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

FLORANGE : ILS M'ONT LAISSE TOMBER

Publié le 25 Février 2014 par aragon 43 in syndicalisme

FLORANGE : ILS M'ONT LAISSE TOMBER

FLORANGE « ILS M’ONT LAISSE TOMBER »

La loi dite « Florange » a été votée par l’Assemblée nationale par les députés socialistes en catimini après avoir été refusé par le Sénat.

Il ne reste plus grand-chose de la déclaration de Hollande faite à Florange concernant l’obligation pour les entreprises qui veulent fermer leurs usines de les céder si un repreneur se présente.

La loi oblige seulement les entreprises de plus de mille salariés à chercher un repreneur pendant trois mois, sous peine de pénalités ( trois mois alors que pour vendre sa maison il faut parfois plus d’un an ).

Un groupe ne respectant cela pourra être condamné à verser une pénalité pouvant aboutir à vingt smic mensuels par emploi supprimé — mais pas plus de 2 % du chiffre d'affaires réalisé de restituer des aides publiques perçues lors des deux dernières années, à la demande des collectivités les ayant accordées.

Le seul content est la grande G …. g….. de Martin qui s’est éteint comme les hauts fourneaux le jour où le PS lui a fait des avances qui se concrétisent aujourd’hui par une future place à l’Assemblée Européenne parmi les libéraux sociaux démocrates, ses nouveaux copains.

Cette loi sera vite oubliée comme les promesses de Hollande dans un amoncellement juridique certain où les patrons n’auront rien à craindre d’un jugement pour la forme ; ils pourront continuer à fermer pour ensuite transférer les outils de production là où cela rapporte le plus.

Les pénalités ne leur feront pas plus peur si celles-ci viendraient à être exigées pour la simple raison que les grands groupes sont en capacité de payer pour se débarrasser d’installations qui les gênent dans leurs course au profit.

Le plus content là-dedans doit être Mittal, il a gagné sur toute la ligne. Désormais plus aucune fumée des hauts fourneaux s’élèvera au dessus du ciel lorrain et de Florange et de ses alentours.

Mittal pourra exploiter et surexploiter là o^l’acier rapporte le plus.

Une chanson pourrait être invoquée face à cette abjuration de Hollande et désormais de son commis Martin :

Ne m'appelez plus jamais "Florange"
La France elle m'a laissé tomber
Ne m'appelez plus jamais "Florange"
C'est ma dernière volonté

J'étais un Haut fourneau gigantesque
Capable de fusionner mille ans
J'étais gigantesque j'étais presque
Presqu'aussi fort que Vulcain d'antan

Bernard Lamirand

Commenter cet article