L'HOPITAL LIEU DE L'HUMAIN D'ABORD

Publié le 13 Janvier 2014

L’HOPITAL

Un mot banal que l’on prononce sans tempête

Quand la forme règne celle de l’Olympe des dieux

Et règne tout ce qui va pour le mieux

Pour celui qui la déguste avec bien être

 

L’hôpital lieu de vie de souffrance et de mort

Où vit et besogne vraie humanité

De ces ouvrières et ouvriers de la santé

Pour qui souffre ils donnent réconfort

 

Partout grouillent un monde s’affaire savamment

Dans les couloirs règnent une animation énorme

Hommage à ces femmes et ces hommes

Qui soignent et soulagent tant d’êtres souffrants

 

Les nuits longues et les pas résonnent aux tréfonds

Par- ci par là quelques râles quelques appels

Quelques toux et une sonnette s’en mêle

L’équipe se déplace au roulement des guéridons

 

La clarté se montre un monde nouveau apparait

De la languissante nuit surgit un matin tiède

Les guéridons à nouveau roulent apporte remèdes

Ceux de la nuit sont partis équipe nouvelle nait

 

Surgit tensiomètre température seringue et sourires

Le voile de la nuit s’éteint doucement et le jour se lève

Ces hommes et ces femmes sont là sans trêve

Pour soigner aimer rassurer et savoir dire

 

C’est l’heure de la visite de l’équipe médicale

Elle s’affaire pour soins efficace  de façon sensible

Puis le travail se fait au gré de ce qui est perceptible

Dans tout cela beaucoup d’humanité et pas de doctrinal

 

Un monde à aimer ces gens qui soignent

Quelques soient couleurs de peaux ils sont aux aguets

De ceux qu’ils ont en charge sans aucun rejet

Ni races ni xénophobie par eux ils en témoignent

 

Hommage à ces hommes et femmes de l’hôpital

De moins en moins nombreux eux aussi souffrent

De cette politique d’économie qui s’engouffre

Ils ont besoin de notre soutien face à l’infernal capital

 

Bernard LAMIRAND

L'HOPITAL LIEU DE L'HUMAIN D'ABORD

Rédigé par aragon 43

Publié dans #poêmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article