LES VOEUX 2014 DU PRESIDENT DE LA FINANCE

Publié le 29 Décembre 2013

LES VOEUX 2014 DU PRESIDENT DE LA FINANCE

VŒUX DU PRÉSIDENT DE LA FINANCE POUR 2014

Mesdames, Messieurs, chers et chères concitoyens, concitoyennes,

En ce soir de réveillon du nouvel an, je vous souhaite de passer en famille et avec vos amis de bons moments malgré la diète que je vous ai imposé durant toute l’année 2013.

L’année 2014 ne sera pas meilleure, elle sera encore plus mauvaise pour vous : profitez-en alors pour « ripailler » autant que possible car je compte vous demander davantage de sacrifices en cette année nouvelle.

Je pense en particulier à ceux à qui je vais exiger de nouveaux sacrifices : c'est-à-dire à vous chers compatriotes salariés, chômeurs, retraités car vous n’avez pas encore suffisamment donné en 2013 pour alléger la dette de la France.

J’ai reçu Monsieur Gattaz du Medef avant de préparer cet entretien au coin du feu avec vous et celui-ci a été clair : il vous faudra faire la ceinture sur vos acquis et accepter ce que le patron des patrons de la France indiquera comme salaires, emplois, conditions de travail durant toute l’année.

L’accord sur la flexibilité, la compétitivité, la réduction du coût du travail signé par la CFDT-CGC-CFTC et le patronat ne suffira pas.

Je partage ses vues.

Elles sont logiques quand on voit le gaspillage de l’argent des entreprises remise aux salariés en salaires et appointements et les temps libres rémunérés alors qu’aucun travail n’est réalisé.

Le coût du travail est exorbitant et ne permet pas de bonnes rémunérations des PDG qui font tout pour redresser la barque de la France.

Je reviens d’Arabie où les émirs m’ont dit la même chose et m’ont indiqué le chemin que je devais emprunter : créer les conditions d’une main d’œuvre servile et obéissante comme celle qui travaille chez eux.

J’en profite d’ailleurs pour adresser mes vœux à toutes ces forces qui font honneur à notre pays et je veux parler particulièrement des grands patrons du CAC 40 qui ont du mal à vivre en ce moment les attaques indignes que leur portent la CGT et le PCF en particulier.

Ceux-ci, veulent, dés la nouvelle année, s’attaquer aux coûts du capital : qu’ils sachent qu’il me trouveront sur leur chemin avec mes CRS et mes gardes mobiles.

J’ai relu la période des années de guerre froide où mes prédécesseurs socialistes de la SFIO chassaient le communiste et le cégétiste et je compte bien m’inspirer de leur façon de faire.

Je vous promets donc du sang et des larmes pour remettre l'argent d’aplomb.

Avec Madame Merkel, nous façonnons une Europe du profit où il fera bon vivre et dépenser son argent sans être culpabilisé par tous les gueux qui trainent dans nos rues et par tous les "crèves la faim" que nous laissons sur le carreau.

Qu’ils aillent se nourrir et se vêtir en faisant l’aumône.

Aussi pour permettre que les rentrées financières dans les portefeuilles des actionnaires du CAC 40 soient à la hauteur de leurs concurrents étrangers, je vous demanderai d’accepter durant toute l’année 2014 de nouveaux sacrifices.

Je pense en particulier à réduire les pensions de retraites, à réduire les remboursements de médicaments, de soins, d’hospitalisation, à augmenter les tarifs d’EDF, GDF, la Poste, l’eau, les transports et de ne pratiquer aucune revalorisation du SMIC, à favoriser l’impôt CSG pour exonérer celui des biens portants.

Je laisse le soin à Monsieur Gattaz de veiller à ce que les salaires du privé ne soient pas non plus revalorisés et pour ma part je ferai la même chose pour les fonctionnaires.

Oui, chers-es compatriotes, la France va mal et comme mon ami et camarade Helmut Schmidt, ancien chancelier de l’Allemagne, disait en 1974 : " Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après demain "; je m’en inspirerai pour vous faire patienter pendant que se remplissent les escarcelles de mes amis les financiers.

Un vieux proverbe dit "il faut savoir donner pour recevoir ", je vous invite donc à patienter le temps que la dette se résorbe et d’accepter les sacrifices nécessaires au bon déroulement de la hausse du taux de profit.

Je profite aussi de ce message aux français pour m’adresser à ceux qui ont quitté le pays pour ne plus payer d’impôts; je les comprends et je compte prendre des mesures nécessaires pour que leurs magots soient protégés des contrôleurs du fisc et je donne volontiers ma "grâsse" à ceux qui ont du fuir avec leurs trophées financiers notamment mon ami "Cahussards" et aussi mon ami "Deparlebonpardieu" qui geint du coté de la Belgique et vit très mal, le cornet de frite à la main.

Français, Françaises, mauvaise année à vous toutes et tous, soyez sages, le père François est là pour vous faire le coup…..

Bon, je vais rejoindre mes amis-es…. Au Fouquet’s….. Ils m’attendent et je dois porter un toast à la gloire du profit.

Sus aux salariés, retraités, chômeurs…..

Le Président de la Finance.

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article