Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LES BOULONS DE LA COLERE

Publié le 22 Décembre 2013 par aragon 43 in syndicalisme

Longwy 1979-Florange 2012 : bis repetita pour M. Mousley

Et si ArcelorCMittal Florange était la réplique de Longwy en 1979 ? Dans Les Boulons de la colère , Marcel Mousley n’hésite pas à faire le rapprochement.

Marcel Mousley, auteur du livre Les Boulons de la colère. Photo Étienne JAMINET

Marcel Mousley, secrétaire général de la CGT Usinor au moment de ce que l’histoire a appelé les événements de Longwy, en 1979, effectue dans ses Boulons de la colère ( Ed. Paroles de Lorrains ) , un parallèle très intéressant entre la crise de la sidérurgie dans le nord de la Meurthe-et-Moselle il y a 30 ans et ce qui arrive aujourd’hui sur le site ArcelorMittal dans la vallée de la Fensch.

Après une description détaillée de son parcours syndical (il raconte autant les actions coup-de-poing que les négociations avec les ministres), des premiers coups portés à la sidérurgie, des grandes manifestations qui ont secoué le bassin longovicien, il évoque de manière très critiq ue « le rendez-vous manqué de la gauche ».

« Les politiques à l’intendance »

« En mai 1981, François Mitterrand explique que les usines doivent se développer, et les fermetures sont annoncées l’année suivante. Je parle clairement de conseillers occultes qui ont accéléré ses décisions, avec des gens comme le Premier ministre Pierre Mauroy qui, par exemple, s’oppose à la sortie du franc du système monétaire européen, pensée par le Président. Ce dernier fait donc ensuite le choix de l’Europe, de la mondialisation, et on en a vu le résultat. L’Allemagne, dans le même temps, faisait le choix de la modernisation de ses outils de production. Là-bas aussi, on en voit le résultat . »

Marcel Mousley, comme Lionel Burriello, représentant CGT ArcelorMittal, qui apporte sa contribution, enfonce le clou quand il fait le lien avec Florange. Une analyse nécessaire, fouillée et percutante.

« Il y a d’abord des liens de symboles, avec ce SOS placé sur le crassier à Longwy, et sur la colline d’Hayange. Il y a aussi les marches sur Paris. Et puis toute une réflexion sur le maintien ou pas d’une filière liquide. Quand j’entends les patrons mosellans dire que c’est plus économique de penser à Dunkerque, j’entends Claude Etchegaray (patron d’Usinor Longwy) à l’époque parler de Neuves-Maisons. Ce dernier était un financier, peut-être moins prédateur que Lakshmi Mittal, mais il en avait les caractéristiques. »

Et puis, comment ne pas faire le parallèle entre les promesses de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande et celles de François Mitterrand ? « Il y a 30 ans comme aujourd’hui, chaque fois qu’il y a eu des enjeux importants, économiques et sociaux, c’est la mondialisation et le libéralisme sauvage qui ont été privilégiés. La gauche comme la droite ont capitulé. »

Pour l’ancien secrétaire général de la CGT, il n’y a pas à aller chercher bien loin les raisons de la montée de l’abstentionnisme ou des votes extrêmes.

« Quand les ouvriers voient que la gauche tape elle aussi dans leur camp à eux, ils sont écœurés. Les hommes politiques se sont couchés face aux industriels. Ce sont les économistes et les financiers qui ont pris le pouvoir, les élus s’occupant de l’intendance. »

Les Boulons de la colère , (Editions Paroles de Lorrains), 64, avenue du 8-Mai1945 54 400 Longwy Tél. : 03 82 23 75 27

Sébastien BONETTI.

Commenter cet article