Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

7 ANNEES DE GALERE ET DE MISERE POUR LES SALARIES DE PLUS DE 60 ANS

18 Octobre 2013 , Rédigé par aragon 43

7 ANNEES DE GALERE ET DE MISERE POUR LES SALARIES DE PLUS DE 60 ANS

JEUNES ET ANCIENS MEME BATAILLE

Ils l’ont voté sous l’œil goguenard de la droite qui n’en reviens pas.

Cet (ils), vous le savez, ce sont les socialistes.

Chassaigne, président du groupe Front de gauche à l’Assemblée nationale a eu raison de les fustiger et de leur dire « leur quatre vérités » quand ceux-ci, à la quasi-totalité, ont voté la mort de la retraite à 60 ans.

Ils auront des comptes à rendre aux électeurs et aux travailleurs que j’invite à les interpeller sans cesse là où ils séjournent dans leur circonscription. Ils n’ont pas voulu entendre, sourds qu’ils étaient, la misère humaine qu’ils vont contribuer à accroître en ce moment sous l’aile protectrice des patrons du CAC 40.

Cette loi est contraire à l’évolution humaine vers le progrès, elle est régressive, elle est une retraite pour des vieux jours difficiles auxquelles nos ainés étaient condamnés au début du 20 siècle jusqu’à cette ordonnance libératrice d’Octobre 1945 auquelle les communistes et la CGT avaient jeté tout leur poids pour qu’elle soit effective et suive les décisions du Programme du Conseil National de la Résistance (CNR).Ordonnance travaillée et mise en application par Ambroise Croizat, qui, ensuite, l’améliorera comme ministre communiste avec la Loi de mai 1946 portant universalisation de la Sécurité Sociale.

7 ans d’une vie nouvelle rayée de la carte où l’on pouvait faire des projets et des choses que l’ont ne pouvez réaliser durant sa vie active et dont seront privés des générations de salariés après une vie de travail dans les conditions difficiles que nous connaissons actuellement. C’est un retour à la vieillesse misérable où nos grands parents finissaient leur vie dans la misère, la maladie, vivant de ce que pouvait leur offrir comme assistance leurs enfants et petits enfants.

Ambroise Croizat et ses compagnons de la CGT ont mis fin à ce mal-vécu des vieux condamnés à vivre leurs derniers moments misérablement, eux qui avaient été à la guerre et en étaient ressortis traumatisés, blessés, estropiés avec des pensions lamentables.

C’était leur rendre justice et cela donnait à la classe ouvrière ce qu’elle avait droit : une véritable retraite.

Alors aujourd’hui va-t-on accepter ces 7 ans de travaux forcés ou de chômage, dont nous gratifient les socialistes ? Certainement pas pour les générations qui vont partir à la retraite au fur et à mesure de l’application de la loi vers les 67 avec des retraités amputées par ce gouvernement qui s’attaque aussi à la pension.

Le combat est loin d’être terminé.

Tout cela ressemble bien à une volonté de s’affranchir au niveau européen des retraites solidaires et par répartition acquises à la fin de la deuxième guerre mondiale et de les replacer dans l’échiquier des assurances privées à partir de cotisations définies et de prestation indéfinies articulées en fonction des dividendes fabuleux à offrir aux actionnaires.

Lors de la manifestation du 15 octobre, un climat lourd pesait et j’entendais des salariés et des retraités juger sévèrement ce gouvernement.

Sarkozy a été battu sur le dossier des retraites et des millions de personnes qui avaient défilé dans nos rues en 2010 pour dire tout le mal qu’ils pensait de cet individu. Hollande n’est pas à l’abri de la même sanction. Peut-être croit-il que la faiblesse des manifestations lui permet de franchir le rubicon sans crainte. Il se trompe, le mécontentement est là, il est dissimulé, mais il est encore plus fort et il ne sera pas pardonné à ceux qui auront mis en cause la plus belle conquête sociale de la libération : ils ne s’en tirerons pas à si bon compte ceux et celles qui ont voté ce texte scélérat.

Le volcan gronde en son intérieur et il est permis de penser que tôt ou tard, l’accumulation d’une de la lave incandescente, en pleine fusion, sortira de ventre du volcan et fera éruption.

« Madame de La Touraine », dame friquée, dame qui se pouffait de rire quand André Chassaigne, avec verve, rappelait qu’elle touchait à quelque chose de précieux pour des hommes et des femmes qui avaient droit auparavant à une retraite en bonne santé et qui l’auront demain pour la vivre mal, ferait bien de se raviser car il est encore temps avant que le volcan libère toute son énergie.

Que ce gouvernement croit que la partie est gagnée, les travailleurs et les retraités victimes de ce hold-up de sept années de retraites sauront s’en souvenir et les luttes commencent à se développer, une fois passé cette stupeur de voir des socialistes casser le social pour rendre plus sûr fécond le dividende des actionnaires auquel Hollande vient de se soumettre obéissant à la clique capitaliste qui dirige l’Europe.

C’est ce qui se produit en ce moment avec les lycéens défendant leurs camarades expulsés par Valls et qui montre que d’une étincelle peut jaillir de actions puissantes et ce qui vient d’être réalité avec les élèves pour leurs camarades chassés de France le sera tout autant sur le plan social.

7 ans de travaux forcés où de chômage : pas question….

A bon entendeur Salut.

Bernard LAMIRAND

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article