Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

ASSIDE DE LA MOBILITE : DECLARATION DE LA CGT

Publié le 19 Septembre 2017 par aragon 43 dans CGT

ASSISES DE LA MOBILITE

LA CGT SE MOBILISE

mardi 19 septembre 2017

Cet après-midi, le gouvernement lance des « Assises de la mobilité » dans une période où, dans tous les secteurs des transports, les voyants sont au rouge avec une augmentation des émissions de Gaz à Effet de Serre due à la progression de tous les trafics routiers au détriment du ferroviaire et du fluvial en baisse (marchandises et voyageurs).


Comme elle l’a fait dans un courrier adressé aux ministres des Transports et de la Transition Ecologique et Solidaire et dans une expression publique, la CGT veut que les sujets de fond soient abordés durant ces assises.

Elles doivent traiter de l’ensemble des transports, marchandises et voyageurs, car nous sommes à contre-courant des objectifs du Grenelle de l’Environnement mais, aussi, des orientations de la loi sur la transition énergétique et de l’accord de Paris (COP 21).

D’où l’urgence à sortir de cette concurrence mortifère dans les transports – source d’un terrible dumping social - qui va s’amplifier si les ordonnances de la loi travail sont mises en œuvre. Face aux enjeux auxquels nous sommes confrontés et considérant que nous avons besoin de tous les modes de transports, il faut travailler la complémentarité dans un concept multimodal à partir des besoins au service de l’intérêt général. La question de la place du service public, pour lequel la CGT lance une grande campagne nationale, se pose.

Car les transports sont un élément déterminant dans l’aménagement des territoires, la lutte contre la désertification et la fracture sociale dans les territoires ruraux ainsi que dans la désindustrialisation.

Pour la CGT, le social doit être au cœur des débats et de la construction de ces « Assises de la mobilité ». Il faut donc aborder l’arrêt des suppressions massives d’emplois, la précarisation de ces derniers et le développement de la sous-traitance qui ont de forts impacts sur les conditions sociales des personnels, sur la qualité de service et la sécurité. Toutes ces composantes se dégradent dans de nombreux secteurs et territoires. Un véritable dialogue social dans les entreprises de transports est donc nécessaire, tout comme le droit syndical et le droit de grève.

La CGT, poursuivant sa démarche de rassemblement des salariés, des usagers, des populations, des associations, des élus, etc., va œuvrer à ce que les « Assises de la mobilité » n’aboutissent pas à une loi sanctuarisant l’ouverture à la concurrence et la libéralisation du transport voyageurs urbain et ferroviaire. Il faut, au contraire, qu’elles abordent les sujets de fond permettant de répondre – de façon durable - au réchauffement climatique et aux questions de santé publique, en faisant des propositions pour replacer au centre des débats les questions sociales, environnementales, d’aménagement des territoires et de réindustrialisation pour une véritable « économie circulaire » et le renouveau du service public.

Montreuil, le 19 septembre

commentaires

UNE BELLE FETE DE L'HUMANITE ET DE L'IDEE COMMUNISTE

Publié le 18 Septembre 2017 par aragon 43 dans COMMUNISME

UNE BELLE FETE DE L’HUMANITE ET DE L’IDEE COMMUNISTE

Samedi, j’y suis allé, et j’ai passé un bon moment de  fraternité, de culture et de politique.

Certes le temps était tantôt frisquet, tantôt il nous réchauffait par un rayon de soleil, mais la fête rayonnait de bonheur et d’un désir de vraie unité face à un pouvoir libéral qui veut démolir tous les conquis sociaux sous la houlette de Macron, leur envoyé spécial.

Partout les militants communistes dans les stands s’affairaient pour recevoir le peuple, ce monde du travail que le patronat veut hacher et couper en mille morceaux pour mieux le dominer ;  bref  vers ceux et celles qui venaient passer un bon moment pour se sortir de la grisaille de ce monde actuel qui leur rend la vie si difficile.

J’ai participé à quelques rencontres débats, notamment à l’Agora avec l’historien Patrick Boucheron qui nous parlé d’une histoire de la France, pas celle que l’on m’a ingurgité quand j’étais gamin à travers les batailles entre monarques pour le plaisir d’agrandir leur pré-carré où encore pour régler leur compte et assurer la pérennité de leur lignée.

J’avais à l’esprit la révolution française et à ces personnages de notre histoire vraie qui l’ont faite. J’ai d’ailleurs acheté l’ouvrage de Hervé Leuwers intitulé "Robespierre" et je pensais aussi à ce parti communiste français issu de cet idéal révolutionnaire comme la chanson de Ferrat et il revenait à ma mémoire tous les résistants et déportés morts pour la France et pour leur idées communistes.

Oui la France s’est construite avec les migrations et  Patrick Boucheron, avec une remarquable explication sur les origines de la France à partir de la Grotte Chauvet – un art pariétal de plus de 30000ans -  et des peintures qui montrent ce que les hommes pouvaient déjà imaginer pour se sortir de leurs conditions. En fait,  Patrick Boucheron nous  amenait à voir l’histoire autrement, dans d’autres trajectoires que celles  dont on nous abreuve pour honorer les hommes au pouvoir, et pour saisir  les cheminements de nos ancêtres et comprendre comment l’homme, l’humain, la France ont émergé. Un discours qui bat la bêtise nationaliste, raciste, xénophobe.

Aussi le débat entre Philippe Martinez et le vice président du MEDEF sur la loi travail, un débat de grande hauteur de vue où les arguments s’entrechoquaient entre celui possesseur des richesses créées par les travailleurs et le syndicaliste représentant celles et ceux obligés de vendre leur force de travail et dont le vice président du Medef la voudrait à vil prix, soit disant pour sauver les emplois qu’il décapite chaque jour pour le profit..

La CGT était là dans son  rôle : la défense des intérêts des salariés et le patron, tout avenant qu'il était , essayait de faire belle figure mais n’avait que des arguments défensifs face à l’amoncellement de critiques de la part de salariés témoins déjà des remises en cause des droits du travail dans leurs entreprises par la loi El-Khomry.

D’autres débats m’ont aussi plu, notamment le dépassement du capitalisme avec des économistes marxistes et communistes et je me suis attardé à les écouter, eux qui portent des propositions fortes pour changer et dépasser ce système qui n’a que trop duré. Ils mériteraient une plus grande attention dans notre parti.

Au fil de mes ballades, malgré un mal de dos , j’observais tous ces hommes et femmes déambulant dans les allées et s’arrêtant devant les stands pour se restaurer, boire une bière, écouter de la musique, s’asseoir et écouter des arguments politiques qu’ils ne peuvent voir sur les chaines de télévision aux mains des hommes d’affaires.

Le communisme s’affichait en plein jour, et plus d’un, d’être surpris par des arguments qu’ils n’avaient pas ou plus l’habitude de percevoir dans cette foire médiatique télévisuelle où les batteurs d’estrade vendent leur camelote.

Plaisir aussi de voir ces communistes, mes camarades, jeunes ou moins jeunes, femmes et hommes, faire de la politique, expliquer le communisme aujourd’hui et  la nécessité de réunir le peuple de gauche interpelé par quelques prestidigitateurs entrain de préparer leur future posture pour les prochaines élections.

Alors le mot « communisme » sonnait comme un cri de ralliement face à ce monde individualisé et libéralisé, où l’homme ne devrait être qu’un jouet, un nombre et une girouette, s’abstenant de tout approfondissement pour comprendre le monde dans lequel il vit.

Alors, pendant trois jours, c’était la fête de l’humanité tout entière ;  dans les allées de l’internationalisme prolétarien – j’utilise ce mot plus que jamais nécessaire dans une lutte de classe qu’il faudra mener partout -  où se trouvaient nos camarades d’autres pays;  les luttes contre le système relataient que la bataille est intense et que l’adversaire de classe s’organise plus que jamais à ce niveau et que ce ne sont pas les parures et les entortillages (ni droite ni gauche) tels que Macron essaye de  mettre en place qui cachera cette réalité de l’exploitation féroce de l’homme par l’homme et des crimes capitalistes sur toute la Planète.

Le mot communisme était là, comme un mot que l’on affectionne, que l’on veut pour l’espoir et pour battre cette société d’aliénation et domination.

Alors, tant pis pour les absents à cette fête, la morgue ne l’a pas emportée et le communisme était à l’ordre du jour, il n’était pas le néant et la mort dans ce vaste rassemblement à plus de 500 000 personnes.

Le 12 septembre contre les ordonnances annonce déjà une suite pour le 21 ;  et puis il y a la Paix le 23 septembre auquel les communistes ne peuvent qu’être que les meilleurs protagonistes.

Oui, il y a toutes les raisons d’être communiste aujourd’hui.

Merci à ceux et celles qui ont mouillé la chemise pour cette belle fête de l’Humanité, mon journal, et je ne saurais terminer sans inviter mes lecteurs à aller voir le film  «  Le jeune Marx qui sortira sur les écrans le 27 septembre 2017.

Bernard LAMIRAND

commentaires

ORDONNANCES : LES AVOCATS DENONCENT LA SUPERCHERIE

Publié le 15 Septembre 2017 par aragon 43 dans SYNDICALISME

commentaires

CGT : UNE FICTION REALISE CONCERNANT LA LOI TRAVAIL

Publié le 14 Septembre 2017 par aragon 43 dans CGT

commentaires

LES FAINEANTS

Publié le 10 Septembre 2017 par aragon 43 dans HUMOUR

Le roi fainéant sur son trone et il manque Madame

Ainsi, Macron le banquier de chez Rothschild , le petit bourgeois picard, considère que nous sommes des fainéants.

Je me souviens de ces patrons ( qui n'ont pas changé même s'ils ont un langage plus châtié)  qui traitaient leurs ouvriers de fainéants parce qu'ils ne voulaient pas faire des heures supplémentaires dans une fonderie que j'ai connu.

Je me rappelle de ces insinuations proférées dans les usines textiles par les gardes-chiourmes des patrons et notamment quand les femmes allaient aux toilettes et mettaient du temps pour revenir sur les métiers.

Plus tard, dans mon usine, dont les installations tournaient 24 h sur 24, avoir entendu le chef du personnel dire que ceux qui n'étaient capables de se lever tôt le matin pour prendre leur poste à 5 heures  et arrivant en retard dans l'usine, n'étaient que des fainéants.

Ailleurs, dans l'expression de petits patrons, il n'était pas rare de les entendre dire qu'un tel ou une telle avait un poil dans la main.

Le mot "fainéant" s'incrustait aussi lors de matchs de foot et certains supporters reprenaient les formules des contremaitres en gueulant  "fainéant"  quand un joueur manquait le but ou bien  lorsque le gardien encaisser un but

On traitait aussi les femmes de "feignasses"au boulot. Le mépris était monnaie courante chez certains tôliers et un chocolatier, dans le Nord, ne disait-il pas  de manière méprisante qu'un ouvrier pouvait vivre avec un jaune d'œuf pour passer la journée. Les employés-es de sa boite l'avaient baptisé "jaune d'œuf".

Et Macron, maintenant nous dit, après sa sortie de" petit chef", qu'il ne s'adressait qu'à ceux qui avaient gouverné avant lui : donc, c'est un compliment qu'il s'adresse à lui car n'a t'il pas été ministre de l'économie dans les gouvernements de Hollande.

En fait, Macron fait donc partie des fainéants, mais des vrais, ceux qui mettent le peuple dans la misère.

Bernard LAMIRAND

commentaires

CGT : DECLARATION 23 SEPTEMBRE 2017

Publié le 7 Septembre 2017 par aragon 43 dans PAIX

commentaires

ASSOCIATIONS DECLARATION SUR LES REMISES EN CAUSE DE MACRON

Publié le 5 Septembre 2017 par aragon 43

commentaires

CGT UGICT CONTENU DES ORDONNANCES

Publié le 5 Septembre 2017 par aragon 43

commentaires

COMMUNIQUE FO ENERGIE

Publié le 1 Septembre 2017 par aragon 43 dans SYNDICALISME

commentaires

CGT : PREMIERE ANALYSE DES ORDONNANCES MACRON

Publié le 1 Septembre 2017 par aragon 43 dans CGT

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>