Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Articles récents

Y A TROP DE FONCTIONNAIRES !!!

4 Décembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #SOCIETE

REPRISE D'UN ARTICLE QUE J'AI FAIT EN 2014

A QUI LA BROUETTE ? AUX FONCTIONNAIRES OU AUX ACTIONNAIRES !

C’est un sondage IFOP, commandé par le Figaro, qui le dit : 60 % des français trouvent qu’il y a trop de fonctionnaires.

Ainsi on pourrait dire :

A l’hôpital public, s’il y a attente longue pour examens et opérations chirurgicales et si les services d’urgence tardent à nous soigner c’est parce qu’il y trop de docteurs et d’infirmières fonctionnaires.

A la SNCF, s'il y a trop de trains sans conducteurs, du retard pour réparer le matériel ferroviaire et les rails qui déraillent et si la SNCF nous conduit dans ces conditions, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A la Sécurité Sociale, s’il faut des semaines pour avoir des renseignements, un papier, un règlement, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A la Mairie, si les files d’attente se multiplient pour l’état civil,pour des renseignements sur des droits, sur les cartes d’identité à renouveler, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A l’hôtel des impôts si les queues augmentent sans cesse pour faire le point sur ses impôts, régler des contentieux, faire un changement, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

Sur nos routes départementales si celles-ci sont remplies d’ornières, ne sont plus réparées à temps, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires départementaux des Ponts et chaussées.

A l’hôtel de police, si les affaires et les urgences trainent en longueur, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A l’école, si les élèves sont en retard de formation, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

S’il n’y a pas assez de maisons de retraites et si celles -ci sont inabordables et demandent des années d’attente, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A la télévision si on passe des navets tous les jours, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

Mais pose t'on les questions suivantes :

N’y a-t-il pas trop de patrons trop payés ?

N’y a-t-il pas trop d’experts à la radio et à la télévision pour nous bourrer le mou avec le trop plein de fonctionnaires ?

N’y a-t-il pas trop de profits et de rentes pour les capitalistes ?

N’y a-t-il pas trop d’assurances privées qui piquent le pognons des assurés ?

N’Y a-t-il pas trop de paradis fiscaux ?

N’y a-t-il pas trop de patrons tricheurs et fraudeurs qui ne déclarent pas leurs salariés ?

N’y a-t-il pas trop de rentiers?

N’y a-t-il pas trop de riches?

N’y a-t-il pas trop de PDG présents dans les sociétés du CAC 40 et cumulant quantités de dividendes et de retraites chapeaux dans les diverses sociétés avec jetons de présence ?

En fait n’y a-t-il pas un trop faible revenu pour les salariés et les retraités et trop plein de revenus et de belles places pour les privilégiés de la fortune et du système capitaliste?

Bref n’y a-t-il pas trop de riches et trop de pauvres, trop de capital et trop de bas salaires et retraites.

Si !

Chiche le Figaro des riches, l’IFOP propriété de Madame Parisot, ex présidente du Medef et bien reconvertie touchant de bons émoluments, de faire un sondage sur le trop perçu de ceux qui se font de l’argent en dormant.

Bernard LAMIRAND

Lire la suite

AIIR FRANCE DECLARATION DE LA CGT

30 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #DESSIN

Affaire Air France

La CGT dénonce sans réserve la décision inique du Tribunal de Bobigny

mercredi 30 novembre 2016

Communiqué commun de la Confédération CGT, de la Fédération CGT Transports et du Syndicat CGT Air France

Le jugement concernant les salariés d’Air France vient de tomber. 3 camarades viennent d’être condamnés à des peines allant de 3 à 4 mois de prison avec sursis et des amendes concernant les accusations de violence.

Un camarade a été partiellement relaxé, l’autre totalement. Des amendes ont également été infligées à 11 autres camarades concernant des accusations de dégradations.

Dans le même dossier et alors même que l’inspection du travail avait invalidé le licenciement de Vincent Martinez, représentant du personnel, c’est la Ministre du travail elle-même qui a entériné son licenciement démontrant le caractère politique du dossier.

Le seul objectif est de faire baisser la tête aux salariés, pour les empêcher de défendre leur travail, en résistant aux mauvais coups des directions d’entreprise.
Le message envoyé est clair : liberté d’action pour les actionnaires pour détruire l’emploi et nourrir la finance ! La violence est bien dans ce camp-là.
Nul doute que les salariés ne se laisseront pas intimider.

La CGT continuera de porter ses propositions pour préserver l’emploi et en créer de nouveaux. Nous revendiquons notamment des droits nouveaux pour les salariés, afin qu’ils puissent intervenir directement sur les stratégies des entreprises.

La CGT sera toujours au cœur de la lutte pour les droits et libertés de tous les salariés. Dans cet objectif, la CGT se réserve tous droits d’attaquer cette décision de justice inique et politique.

Montreuil, le 30 novembre 2016

Lire la suite

FILLON VEUT DEMANTELER LA SECURITE SOCIALE

29 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #SECURITE SOCIALE

FILLON ET LA SECURITE SOCIALE

Nous savons maintenant qui est le candidat officiel de la droite et notamment du patronat.

Il s’appelle Fillon.

Nous avons eu à le connaître quand il fut dans le gouvernement de Balladur en 1993 puis de Raffarin sous la présidence de Chirac en 2002 et enfin comme premier ministre de Sarkozy de 2007 à 2012.

Une longue carrière antisociale.

Ce personnage, conservateur libéral, admirateur de Margareth Thatcher « la dame de fer »  premier ministre britannique  et de Gerhard Schröder  ancien chancelier Allemand, qui ont démoli respectivement le système social de leur pays, est l’ennemi juré depuis longtemps de la Sécurité sociale solidaire.

Nous pourrions même remonter à la période des ordonnances de Balladur en 1993 (il était déjà ministre) quand celui-ci proclama les ordonnances ravageuses de la Sécurité sociale sur les retraites et notamment concernant la durée de cotisation nécessaire pour avoir droit à une pension à taux plein  qui passe alors de 150 trimestres à 160 trimestres[ concernant le calcul de la retraite du régime général et le calcul sur les 25 meilleures années au lieu des 10 meilleures années ainsi que le décrochage des revalorisations à partir de l’indice des prix à la consommation au lieu des salaires.

Fillon approuva toutes les mesures prises par la droite DE 1993 à 2012.

Ce personnage a le toupet de dire qu’il a toujours défendu le devenir de la Sécurité sociale.

Des milliards d’euros ont été ainsi pris aux retraités pendant toutes ces années contribuant à les appauvrir.

Il fut l’ordonnateur de la remise en cause de la retraite à 60 ans  et de l’augmentation du nombre de trimestres pour avoir une retraite pleine et entière et il fut celui qui la fixa sous son gouvernement à 62 ans.

Il participa à toutes les « saletés » faites concernant la Sécurité sociale, ce qui amènera des manifestations importantes dans le pays concernant les retraites en 2010.

Il serait long de mettre en évidence tous les méfaits de ce gouvernant venu du gaullisme et ayant toujours en vue de mettre par terre la plus belle conquête du monde du travail, la Sécurité sociale car il s’agit de cela, même s’il jure la main sur le cœur qu’il n’en est pas question.

Cet homme déteste ce qui relève de la solidarité et de régimes sociaux à caractère collectif et il fait partie de cette caste de dirigeants politiques liés au capital et aux forces de l’argent décidés à abattre cette grande conquête sociale.

Ces gens-là n’ont jamais accepté que l’on passe d’un système inégalitaire où régnaient les assurances privées et les mutuelles avant guerre à un système solidaire et par répartition à la libération avec le programme du Conseil National de la Résistance (CNR).

De Gaulle, ne l’oublions pas, l’a accepté que contraint et forcé par le rapport de force à la libération qui donnait à la CGT et au parti communiste un réel pouvoir pour imposer la Sécurité sociale.

En 2007, dans la revue patronale « Challenges » Denis Kessler, un des magnats de l’assurance et ancien vice président du MEDEF indiquait ceci : «  Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie….

… La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! ».

La sécurité sociale fut mise en place par Croizat et Laroque avec rapidité et devant les bienfaits qu’elle apportait aux travailleurs ne put être remis en cause sur ses fondements par les pouvoirs successifs après le départ des ministres communistes en 1947.

 L’universalité de la Sécurité sociale proclamée par Croizat fut cependant dès 1946 l’objet d’une bataille pour en réduire la portée et si elle fut votée ne fut jamais appliquée parce que les forces de la réaction, notamment les professions libérales, les gros agriculteurs, les commerçants et artisans n’en voulaient pas.

L’arrivée demain au pouvoir de Fillon et la présence du FN aboutirait à mettre un terme à cette grande conquête de la classe ouvrière qui fait encore la fierté de la France dans le monde malgré les coups de boutoirs portés depuis plusieurs décennies.

Fillon vient de dresser à travers les primaires le réquisitoire le plus antisocial de la droite que le pays ait connu depuis la libération et il n’est pas étonnant qu’il place en premier lieu la Sécurité sociale dans ses réformes par la privatisation des risques en matière de santé.

Il casse la solidarité intergénérationnelle en diluant les risques et en créant les conditions de désengagement de la Sécu d’une partie de la population.

Cette Sécurité sociale, Fillon et ses acolytes du Medef, ne peuvent plus la supporter et dans le sillage des remises en causes de Hollande et Valls, il s’agit demain d’en faire une sorte de valise de secours et de transférer la plus grande partie de l’assurance maladie vers le privé.

En considérant que la Sécurité sociale ne doit rembourser que les soins en affection de longue durée  et les maladies graves ( ce qui révocable à l’exemple déjà de l’hypertension sévère sortis du 100 %), Fillon entreprend le dépècement en mille morceaux de la Sécurité sociale et de sa cuirasse  la solidarité intergénérationnelle.

En confiant ce que l’on appelle le petit risque, qui comprend toutes les affections que subissent les individus dès la naissance jusqu’à la mort, aux assurances privées et aux mutuelles dont le statut est entrain de prendre une dimension de plus en plus assurantielle, la Sécurité sociale des français deviendrait alors un système rabougri, inégalitaire et à plusieurs vitesses.

Il y aurait ceux et celles qui pourront se payer les meilleurs soins et les autres qui auraient le minimum vital, comme aux Etats-Unis. Déjà le travail de sape fait depuis plusieurs décennies nous montre que les droits ne sont plus à la dimension de ce que ses créateurs envisageaient, c'est-à-dire une Sécurité sociale remboursant tous les soins à 100 %.

Derrière tout cela se cache la main patronale, celle qui vise à se débarrasser de toutes les cotisations sociales et Fillon annonce  la couleur : faire en sorte de libérer les entreprises du financement de la Sécurité sociale.

Le but est de remplacer la cotisation dite employeur par une TVA sociale que paieront les populations pendant que les riches « rempli aux as » se feront soigner avec les meilleures assurances.

Dans le programme de Fillon, les choses sont donc claires et je reprendrai simplement ce qu’il met en avant pour toucher à ce droit fondamental : focaliser l’assurance publique universelle notamment sur les affections graves ou de longue durée, le panier de soin « solidaire », et l’assurance privée sur le reste …». Les moins favorisés ne pouvant accéder à l’assurance privée bénéficieront d’un régime spécial de couverture accrue. Les patients seront responsabilisés par l’introduction d’une franchise maladie universelle dans la limite d’un seuil et d’un plafond.

 L’objectif est aussi de placer la retraite à 65 ans du régime général ;  une nouvelle attaque de grande ampleur qui pourrait coïncider avec une fusion du  régime général avec les retraites complémentaires pour parfaire  la réduction des prestations retraites.

Une retraite à 65 ans qui conduirait à ce que des travailleurs n’ayant pas le nombre d’années de cotisations suffisantes soient obligés d’attendre les 70 ans pour une retraite pleine et entière.  Tous les actifs, les précaires et chômeurs actuels et de demain ont du mouron à se faire.

 

Cet homme est dangereux pour tous les travailleurs de ce pays et en particulier pour les générations qui vont accéder dans les années prochaines à la retraite dans les pires conditions et subiront une autre peine : des droits en matières de santé amputés et des allocations familiales réduites.

La Sécurité sociale est née pour mettre un terme à des systèmes inégalitaires d’avant guerre, des systèmes où demeuraient des formes de charité. Avec Fillon, réactionnaire et catholique orthodoxe, il ne restera pour les pauvres que d’aller avec la sébile à la main réclamer quelques pièces de la part de ces riches rempli de magnanimité après avoir détroussé le monde du travail.

Cet homme est un danger public.

Bernard LAMIRAND Animateur du Comité d’Honneur National Ambroise Croizat

 

Lire la suite

TURQUIE : DECLARATION DES ORGANISATIONS SYNDICALES FRANCAISES

27 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #LIBERTE

Les organisations syndicales françaises alertent sur la situation en Turquie

Vendredi, 25 Novembre, 2016
Humanite.fr

Déclaration commune des organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA.

Face à la gravité de la situation en Turquie, les huit organisations syndicales nationales françaises - CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA – ont élaboré ensemble un courrier remis à Monsieur Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, et une lettre de protestation à Monsieur Ismail Hakki Musa, nouvel ambassadeur de Turquie en France. Elles s’inquiètent notamment des purges collectives et des licenciements massifs par décrets qui concernent déjà plus de 100 000 personnes.
 Dans leur déclaration commune, les huit organisations syndicales affirment :
 « Les autorités bafouent sciemment la Constitution en vigueur, se livrant à une entreprise de musellement de toute opposition. L’Etat de droit est en train de disparaître, au profit de l’instauration de ce qu’il faut appeler par son nom : une dictature.
 Aucun critère ne peut justifier ces purges collectives qui ne sont fondées sur aucune preuve d’acte répréhensible.
 Face à cette situation d’une extrême gravité, nous soutenons l’action des syndicats qui exigent la réintégration immédiate de tous les salariés licenciés ou suspendus.
 Nous sommes entièrement solidaires des travailleurs de Turquie et de leurs syndicats en ces moments difficiles où sont violemment enfreints leurs libertés et droits syndicaux.
 Nous appelons les autorités françaises et les instances de l’Union européenne à agir résolument afin que la Turquie respecte notamment la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales dont elle est signataire. »  
Montreuil, le 25 novembre 2016
 
Lire la suite

LA GRISAILLE MAIS DEMAIN LE PRINTEMPS DE LA LUTTE

27 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #Présidentielles 2017

TEMPS DE GRISAILLE EN FRANCE

Aujourd’hui 27 novembre, l’automne lâche ses dernières feuilles mortes et les arbres sont dénudés offrant une silhouette squelettique. Je regarde au bout de mon râteau ces feuilles abandonnées et je me souviens qu’elles étaient belles quand elles ont émergées de leurs  bourgeons au printemps dernier.

Que de feuilles mortes se ramassent à la pelle en ce moment et que d’espoirs s’envolent quand un vent mauvais sillonne la plaine et les disperse vers les recoins les plus obscures !

Elles sont passées du vert à un rouge flamboyant  puis à une pâleur extrême pour ensuite se décrépir par terre et rejoindre tantôt le compost ou tantôt le tas de détritus où elles vont finir leur vie éphémère.

Je regarde le ciel, non pas pour un dieu céleste - il y en a trop d’ailleurs qui s’y prennent sur terre-  mais un corbeau qui passe et croasse vers je ne sais quel horizon.

Au loin, dans cette Picardie, quelques oiseaux migrateurs, passent : j’ai l’impression qu’ils s’enfuient aux lointains pour gagner des terres plus hospitalières.

Dans mon jardin, il reste mes habituels amis-es :  quelques rouges gorges fidèles qui attendent que je remets la petite niche à graines, ils ont faim, peut-être faim d’espoir et d’une vie où il fera bon vivre.

Quelques merles aussi, et j’ai vu les habituels coucous ;  vous savez ces oiseaux qui pondent leur œufs dans le nid des autres oiseaux et profitent ainsi de la couvée et ensuite chassent du nid les vrais habitants.

Cela n’existe pas seulement dans la nature me direz-vous ; c’est vrai : il y a, en effet, d’autres drôles d’oiseaux qui savent eux aussi profiter des autres et ensuite prendre la place et s’ériger en maitre du séant.

Je regarde encore le ciel, il est dégagé ce matin, il fait un froid de « Canard »et je sens que celui-ci va égratigner la mare au canard mercredi prochain de ces coins-coins  où raisonneront jusqu’au plus profond des abimes les clameurs face aux renards dans le poulailler.

Un rayon de soleil vient d’illuminer ma fenêtre, un dernier groupe d’hirondelles s’en va et avant le départ traine sur un vieux fil téléphonique abandonné depuis la privatisation de France-Télécom.

Elles reviendront pour faire printemps.

L’espoir est toujours dans le cœur des oiseaux de bons augures que sont les communistes.

L’été prochain, après le mauvais temps, ils reviendront pour chasser les mauvais augures dépenaillés.

Bernard LAMIRAND

Lire la suite

LA SOUMISSION EXIGEE PAR LA FRANCE INSOUMISE DES COMMUNISTES

27 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43

Il n'aura pas fallu longtemps pour que Mélenchon montre ce qu'il est et indique aux communistes que leur ralliement  est bien une reddition sans condition.

Le nouveau petit Napoléon veut des communistes le pli sous la couture du pantalon et le reste....

Bernard LAMIRAND

 

Après le vote des cotisants du PCF : pas d'illusion !
Lire la suite

FIDEL ADIEU MON CAMARADE

26 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #INTERNATIONAL

Je reprends ici le texte de mon camarade Canaille le rouge qui décrit bien ce que fut Castro et à quoi il eut à faire face de l'empire capitaliste américain.

Une grande et belle page du livre de l'émancipation humaine se tourne.

Publié le 26 Novembre 2016

le combat continu 

« Hasta la victoria, siempre »

faits Fidel Castro

« Le commandant en chef de la Révolution cubaine est décédé à 22 h 29 ce soir », a annoncé Raul Castro en lisant une déclaration sur l’antenne de la télévision nationale.

" L’organisation de l’hommage funèbre qui lui sera donné sera précisée ultérieurement", a-t-il ajouté dans cette brève allocution conclue par la devise des révolutionnaires de la Sierra Maestra : : « Jusqu’à la victoire, toujours! » (« Hasta la victoria, siempre »), devenu de cri de ralliement de la Révolution cubaine.

Le plus surprenant n'est pas la disparition logique d'un homme arrivé au bout de son temps d'homme, un parcours-épopée qui a soulevé enthousiasme de plusieurs générations. Non, le plus surprenant , c'est qu'il ait pu parvenir à cette âge avancé entouré de tout un peuple, finir sa vie sereinement chez lui, lui qui aura certainement été la cible du plus grand nombre connu dans l'histoire de tentative d'assassinat de la part des forces impérialistes, leurs mafias, tueurs à gages et service spéciaux.

Le Figaro du 15 octobre 2007, reprenant une étude du Gardian fait état de  "pas moins de 638 tentatives de meurtre, plus ou moins abouties, auraient été fomentées contre le Lider maximo" (sic).

Mais Cuba, c'est un bilan.

La réussite de Cuba comparée aux autres îles caribéennes témoigne de ce qu'a apporté à l'Ile le parti communiste de Cuba et, à sa direction, Fidel Castro lequel en faisant la révolution est devenu communiste.

Que ce soit en matière sociale, médicale, scolaire, culturelle, sportive, en matière de recherche, d'agronomie, malgré un blocus féroce qui pèsera et pèse toujours sur la vie quotidienne des Cubains le bila est là.

Dans le patio de l'impérialisme, David narguant et faisant de l'ombre à Goliath, La construction dans des conditions d'agression permanente d'un socialisme qui affiche ses réussites au delà de la chaîne de sympathie que construit en soit l'image est insupportable pour le capital et son impérialisme.

Maintenant que la droite par maurrassienne française s'est trouvée son champion, attendons nous à voir les révolutionnaires du Café de Flore, nos décatis guérilléros de la Sierra germanopratine défiler dans le fenestrons à mouliner les idées plates pour nous parler de dictature, eux dont les supports encensaient Batista, hurlaient "échec"pour ne pas voir la réalité des Antilles "françaises.

Nous allons voir la cohorte de ceux qui passant leur vacances à "St Barth" excursionnaient du côté de Duvallier à Haïti et l'hébergeaient en retour quand il dû précipitamment mettre les voiles venir nous parler de dictature. Attendons les commentaires de nos contempteurs du commando Marcos, ces soutiens du parti révolutionnaire fréquentable parce que..."institutionnel" du Mexique, ceux devenus Guévariste mais qu'après avoir lâcher un soupir de soulagement dès lors qu'il fut certains qu'il avait été assassiné.

D'onfray à Finkielbraut, les supports médiatiques et chiens de garde qui y sont affectés, nous allons voir qui accompagne, qui se démarque politiquement de ce qui fera la chiourme des redevables de l'impérialisme et qui pour être flatté acceptera d'être le kapo du trumpisme-fillonisme ambiant.

Lire la suite

JOURNEE INTERNATIONALE POUR L'ELIMINATION DE LA VIOLENCE A L'EGARD DES FEMMES

25 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #SOCIETE

Lire la suite

CHASSAIGNE PAS DE PETITS SOLDATS A MELENCHON

24 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #Présidentielles 2017

Le chef de file des communistes à l'Assemblée est l'invité du 5/7 alors que votent les militants du PCF sur un éventuel ralliement à Jean-Luc Mélenchon.

André Chassaigne, Assemblée Nationale, Paris - 4 mai 2016
André Chassaigne, Assemblée Nationale, Paris - 4 mai 2016 © AFP / Bertrand Guay

Les 50.000 adhérents du Parti communiste français s'expriment dès ce jeudi et jusqu'à samedi sur le ralliement du parti à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Les délégués des sections PCF se sont d'ores et déjà exprimés en majorité contre ce ralliement.

André Chassaigne, chef de file des députés Front de gauche à l'Assemblée nationale, n'y est pas favorable : "Les conditions sont complètement différentes" de ce qu'elles étaient en 2012, où Jean-Luc Mélenchon et le PCF avaient fait front commun pour la présidentielle. "En 2012, nous avions eu une co-élaboration, nous avions construit ensemble des perspectives politiques sur un programme. Aujourd'hui, c'est à prendre ou à laisser".

"Le ralliement à Jean-Luc Mélenchon se fera sans avoir une prise quelconque sur le contenu de la politique portée par Jean-Luc Mélenchon, et surtout avec des divergences de fond qui me paraissent importantes"

 
 
 

Ces divergences de fond portent sur la conception du rassemblement, selon André Chassaigne : "Il considère que dans ce pays il y a la gauche de la gauche, et qui seule, par une forme de repli, pourrait arriver au pouvoir et résoudre les questions du pays. Ce que je porte, avec d'autres communistes, c'est la conception d'un rassemblement, qui fait qu'au lieu de se replier, on construise un renouveau de la gauche dans son ensemble".

Mélenchon est "le premier diviseur"

Mais envoyer un candidat face à Jean-Luc Mélenchon, qui brille dans les sondages, n'est-ce pas un risque ? "Ce qui est important derrière tout cela, c'est de pouvoir porter une parole différente", répond André Chassaigne. "Le premier diviseur, c'est Jean-Luc Mélenchon, qui est parti en premier, sans échange, sans discuter avant de démarrer, et qui dit que tous ceux qui se présentent après sont des diviseurs".

Et pour les législatives, où Jean-Luc Mélenchon envisage un candidat de "la France insoumise" dans chaque circonscription ? "C'est d'abord de sa part la volonté de construire une nouvelle organisation politique, puisque chaque voix obtenue aux législatives permet de financer pendant cinq ans l'organisation politique à laquelle elle est rattachée", explique le député PCF. Mais il y a plus grave selon lui :

"Avoir une candidature soutenue par les Insoumis, cela consiste à signer une charte, et dans cette charte un candidat s'engage à ne plus avoir la liberté de vote, à prendre ses ordres auprès de l'organisation des Insoumis".

"On défend les intérêts d'une population, on porte une parole politique, mais on n'est pas des petits soldats aux ordres d'un homme providentiel", selon André Chassaigne, qui n'a aucun doute sur le fait que Jean-Luc Mélenchon obtiendra quoi qu'il en soit les 500 parrainages nécessaires à sa candidature.

"Je souhaite que les communistes votent massivement pour qu'on présente un candidat avec la volonté de rassembler et pas d'isoler", affirme-t-il, tout en rappelant que ce sont les adhérents qui trancheront au final.

Lire la suite

3 DECEMBRE MANIFESTATION DES CHOMEURS ET PRECAIRES

24 Novembre 2016 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #CGT

Manifestation nationale des chômeurs et précaires Le 3 décembre, toutes et tous pour l'emploi, contre le chômage et la précarité !
 
La France compte aujourd'hui plus de 6 millions de chômeurs inscrits à Pôle emploi, plus de 2 millions d'entre eux dans les "activités réduites", c'est à dire les petits boulots ... 10 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, y compris de nombreux enfants. Le chantage au chômage concerne des millions d'actifs dans tous les secteurs du privé et même dans les secteurs publics, qui utilisent des contrats précaires de droit privé Le 6 décembre, des "discussions" reprennent avec le MEDEF.  Or celui-ci est responsable de l'échec de la négociation au mois de juin 2016 sur l'assurance chômage, par son refus de faire mieux contribuer les entreprises et son obstination à vouloir baisser les droits des salariés privés d'emploi, du moins les quelque 43 % d'entre eux à être (mal) indemnisés. Le gouvernement à travers les loi Macron, Rebsamen et El Khomri a fragilisé la situation des salariés au lieu de les protéger contre le chantage au chômage. Ainsi la loi Travail facilite les licenciements ( article 67 ), tandis qu'elle rétablit partiellement les sanctions contre les chômeurs ( article 118 ) que nous avions fait annuler par le conseil d'État le 5 octobre 2015. Tous les candidats de droite annoncent une dégressivité des droits à l'assurance chômage, et entendent encore plus casser le Code du Travail. Et le FN opposent les travailleurs entre eux, en accusant les étrangers, les migrants de tous les maux, quand ils sont les plus victimes de la précarité et du chômage!
 
La CGT appelle donc toutes les salariés et tous les salariés,  qu'ils soient dans l'emploi ou en soient privés, à manifester unitairement à Paris le samedi 3 décembre !
 
Départ 14h place Stalingrad
 
Des transports collectifs sont organisées par le comité national CGT des travailleurs privés d'emploi et précaires (01 55 82 82 20)

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>