Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Articles récents

MACRON MARCHE ARRIERE UN BILLET DE MON CAMARADE DENIS TROUPENAT *

26 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #LUTTES

BILLET DUR DU PÈRE DENIS
« EN MARCHE » ARRIÈRE TOUTE
Dès qu’une forme de Droit Social a été  reconnue, il apparaît qu’il était issu de conflits d’intérêts, il présente toujours des caractères contradictoires qui dépendent du rapport des forces entre le acteurs sociaux en présence. En plein moyen âge, 11ème  et 12ème siècle, les nobles faisaient travailler les serfs « taillable et corvéable à merci » l’église faisait travailler les Moines dans les Abbaye qui constituaient  de véritables entreprises. Dans cette même période on retrouve des poèmes et des textes qui montrent que ce n’était pas la paix sociale et même sous le nom de « takehan » une première définition de la grève et des piquets de grève. C’était »une alliance contre le commun profit quand les ouvriers conviennent qu’ils ne travailleraient plus à si bas prix que devant, mais augmentent les salaires de leur autorité et s’accordent de ne pas travailler à moins, et décident entre eux peines et menaces contre les travailleurs qui ne tiendraient pas leur parti » Au 13ème siècle St Louis fait rédiger par Étienne Boileau Prévôt de Paris le « livre des métiers » ce dernier établit la base d’une très large réglementation devant être respectée. Ces règles devaient protéger l’artisanat et le petit commerce contre la concurrence déloyale et le chômage et restèrent en vigueur jusqu’à la fin du moyen âge. C’est peut être un peu excessif de dire qu’il s’agissait d’un « ordre public social » mais il y avait un peu de cela! Par la suite la monarchie passe une sorte d’alliance avec les corporations pour avoir prise sur la vie économique et encadrer les populations des villes en développement. Sous le règne de Louis XIV Colbert intègre plus étroitement ces corporations à l’ État, celles-ci déterminent les conditions de travail, de la formation, les conditions de vie et il y avait des affrontements résultant de conflits d’intérêts. Dans ma ville natale Brioude, c’est à la suite d’un mouvement revendicatifs que les ouvriers avaient obtenu de ne plus manger plus de trois fois par semaine du saumon, sans doute y en avait-t-il plus qu’aujourd’hui dans l’Allier! À la fin du règne de Louis XIV suite à une nouvelle phase d’agitation, les patrons se plaignent, les « ouvriers leur font la loi, ils s’invitent l’un l’autre à rompre tout frein d’obéissance, ils ont la témérité d’aller dans les fabriques et y font cesser par la violence et mauvais traitement le travail » « les maitres se trouvent dans la triste alternative ou d’abandonner les ouvrages par eux entrepris ou d’en consommer et au delà le prix en journées de compagnon » devant une telle catastrophe louis XV prend « les lettres patentes » Sous Louis XVI, Turgot abolit les corporation et ne reconnaît comme liberté que celle de s’enrichir  reconnaissant que cette heureuse liberté sera modérée par de sages règlements afin d’éviter les abus auxquels les hommes ne sont que trop sujets à se livrer.
Ce raccourci historique et partisan a pu inspirer notre Président, notre gouvernement, la Ministre du Travail, le MEDEF
C’est ainsi que le capitalisme est grand
Père Denis

* Denis est inspecteur du travail honoraire et ancine responsable du secteur confédéral CGT des droits et libertés syndicales

 

 

Lire la suite

LE CHEF

17 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #humour

UN CHEF DOIT TOUJOURS ETRE SUR SON SEANT (BL) (Dessin de Daumier)

LE CHEF

Le peuple pensait avoir élu un président, ils ont élu « un chef ».

Je suis votre chef a dit le « Macaron » de service de la République bourgeoise à un militaire qui voulait péter plus haut que son képi.

Mais en fait, tous les petits chefs qui suivent Macaron – militaires ou civils-  ne sont-ils pas là pour un garde-à-vous  à faire respecter par le peuple ?

Observons cela de plus près : à l’Elysée même les journalistes n’ont plus le droit de voir les mouches se poser sur les crânes d’œufs qui foisonnent dans les antichambres , à l’Assemblée nationale ce sont les ordonnances qui remplacent les lois et les palefreniers pondent…  les députés de «  la marche »,  eux,  ne sont plus que des sous-fifres qu’un chef d’orchestre d’une vieille mutuelle dirige à la trique.

Le mot chef résonne mal à mes oreilles….. et  je me souviens dans mon usine de Dunkerque, un vieux camarade délégué CGT, répondant à son supérieur qui lui faisait remarquer que c’était lui le chef, il lui répondit d’une manière cinglante, je le cite : «  des chefs comme toi j’en fais tous les matins ».

Le petit chef déposa - non pas ce que vous pensez – mais  une demande de sanction. Celle-ci tomba dans les trous noirs de l’entreprise, qui, elle, devant les menaces d’une grève  pour défendre l’insolent du petit chefaillon, oublia le « papier » dont le camarade se serait torcher le cul s’il l’avait reçu selon ses dires, ceci-dit en jargon militaire comme cela se disait dans les casernes.

Alors chef, quoi de neuf ?

Voilà une formule ancienne des rapports hiérarchiques tout à fait d’actualité pour le « tôlier » de l’Elysée.

Macaron est aux commandes de la cabane, il distribue les notes, il convoque à Paris les huiles et les quelques malandrins des pays étranges (ils pullulent en ce moment à Paris) et ceux- ci en profitent pour ripailler sur le dos des contribuables français mais aucun n’acquiescent aux « sceaux »  du Macaron, car eux-mêmes sortent des « chiottes capitalistes » qui règnent sur ce monde.

Les trois derniers convives en font partie et leur digestion nous coûte la peau des fèces : 150000 euros pour un repas à la Tour Eiffel avec toute la cour élyséenne.

Mais chacun le sait, les chefs aiment bien bouffer pour commander.

Victor Hugo avait baptisé Napoléon 3, qui s’était fait nommer empereur après avoir été élu Président de la République, Napoléon le Petit : cela va très bien pour le « Macaron de service ».

A relire.

Bernard LAMIRAND

Lire la suite

ATTEINTES AUX DROITS DES TRAVAILLEURS DANS LE MONDE

12 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #SYNDICALISME

Lire la suite

CGT : DECLARATION COMPTE PENIBILITE

11 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CGT
 
Compte pénibilité : la prévention sacrifiée, le patronat déresponsabilisé
 
C’est par courrier du Premier ministre, daté de ce samedi 08 juillet 2017, que nous apprenons les axes de réforme retenus par le gouvernement pour simplifier le compte personnel de prévention pénibilité.
 
Décidément, les équipes gouvernementales, les ministres changent mais les méthodes restent ! Encore une fois, aucune discussion sur le sujet n’a eu lieu comme ce fut déjà le cas pour l’instauration du dispositif précédent.
 
Pour la CGT, l’enjeu d’une juste prévention et compensation de la pénibilité du travail est un des déterminants pour lutter contre la progression des inégalités sociales et de santé. 
 
Au lieu de cela, Édouard Philippe propose une solution qui ravit le Medef : le compte par points continue à s'appliquer pour six facteurs (les activités en milieu hyperbare, le travail de nuit, le travail répétitif, le travail en équipes successives alternantes, le bruit et les températures extrêmes)
 
Quant aux facteurs restants, la manutention manuelle de charges, des postures pénibles, des vibrations mécaniques, des risques chimiques, ils sont sortis du dispositif. Il faudra un taux d’incapacité permanente de plus de 10% pour pouvoir bénéficier d’une retraite anticipée. Concrètement, le gouvernement fait sortir du dispositif des milliers de travailleuses et de travailleurs, notamment ceux de l’industrie de la chimie et de la construction.
 
Autre élément du scandale : Les cotisations patronales actuelles seront supprimées à partir de 2018 et le nouveau compte sera financé par la seule branche accidents du travail/maladies professionnelles (ATMP). Alors même que se pose la question de l’utilisation des excédents de cette branche ATMP afin de pouvoir mener une véritable politique de prévention de la désinsertion professionnelle.
 
En clair, on déresponsabilise le patronat sur le fléau des maladies professionnelles. On assiste là à un retournement du principe de compensation, car il faudra déjà être malade et prouver une incapacité permanente de 10%, a minima, pour pouvoir enfin bénéficier d’une retraite prise plus tôt mais pas en bonne santé.
 
La suppression de la cotisation spécifique fait disparaitre toute incitation financière à la prévention. La CGT porte des propositions simples, transférables tout au long de la vie professionnelle ; elles passent par la reconnaissance collective de la pénibilité par métiers au niveau de la branche, la mise en place de congés de fin d’activité à l’instar de celui qui vient d’être négocié dans la branche du transport routier, …  La nécessite de l’action et la participation de toutes et tous le 12 septembre est plus que jamais posée.
 
Montreuil le 10 juillet 2017

Lire la suite

MARTINEZ SUR FR3 CE DIMANCHE INTERWIEW

9 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #CGT

Lire la suite

CGT VIDEO LOI TRAVAIL

8 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #CGT

Lire la suite

VITE - VITE- VITE DES LUTTES PARTOUT ET POUR TOUS

7 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #Luttes

UNE COLERE A TRANSFORMER EN LUTTE

J’ai la colère ce matin …

Le caissier de Bercy annonce du sang et des larmes pour les fonctionnaires… et demain pour d’autres catégories.

A la radio et à la télévision, les perroquets annoncent de bonnes nouvelles pour les détenteurs de capitaux et  d’actions du CAC 40 et les ceintures à resserrer de plusieurs crans pour le monde du travail.

Macron et son acolyte Philippe ont tous les pouvoirs et notamment celui de frapper les salariés-es et les retraités-es, cibles qu’ils tentent de cacher par quelques mesurettes qui sont seront vite bouffées.

Annonces concrètes : la suppression de la journée de carence en cas de maladie dans la fonction publique et la confirmation de la liquidation de 110 000 emplois dans la fonction publique.

Annonce en même temps de nouvelles réductions d’impôts pour les riches , ceux du CAC 40 en particulier qui viennent de réaliser des profits extraordinaires en 2016 et qu’une année 2017 sera encore plus profitable en attendant de mirifiques profits en 2018 et pendant tout le quinquennat.

Bernard Arnaud (LVMH) compte ses sous : 47 Milliards et le salarié compte ses fins de mois  de plus en plus difficiles.

Bref les riches s’engraissent et les pauvres se privent de plus en plus du strict nécessaire.

Vous allez me dire que ce n’est pas nouveau, que le patronat nous mange la laine sur le dos depuis longtemps : effectivement…  mais maintenant ils ne se gênent plus avec Macron, envoyé spécial des grandes multinationales, ils veulent tout et sans rouspétance (voir ordonnances en préparation).

Bientôt le code du travail risque de ne plus être qu’un souvenir si nous n’y prenons garde et comme la CGT l’indique, il va falloir agir et vite  et montrer aux salariés-es l’étendue des dégâts sociaux dont ils seront les victimes si les ordonnances assassines de Macron passent.

L’équipage Macron- Gattaz est donc aux commandes ; le résultat des élections en est la conséquence :  l’on peut à longueur de journée abhorrer ceux qui ont conduit à cette victoire de la bourgeoisie la plus voleuse, mais cela ne nous mettra pas du beurre dans les épinards ; alors que Faut-il faire : une seule chose mettre en route le plus vite la riposte du monde du travail et engager les luttes tout de suite sur tous les sujets où il est possible de mobiliser immédiatement.

La période de l’été ne doit pas être une période ou le patronat et  son allié le gouvernement puissent mettre par terre nos salaires, la durée du travail, nos jours de repos, nos retraites, nos conditions de travail et nos emplois etc.

Alors  là où nous sommes, prenons l’étendard de la lutte.

Le 12 septembre annoncé par la CGT se prépare maintenant auprès de monde du travail et des retraités-es et chômeurs et chômeuses.

Une aube se lève après  chaque nuit comme le disait Louise Michel.

Bernard LAMIRAND

Lire la suite

HENRI KRASUCKI : UNE PLAQUE AU LYCEE VOLTAIRE

5 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #CGT

UN MOMENT AVEC HENRI ET LES SIDERURGISTES LORRAINS

Mon camarade et ami Guy Hervy  ( blog Canaille le rouge ) publie ce jour une information indiquant l'inauguration d'une plaque dédiée à Henri avec qui j'ai de nombreux souvenir de lutte avec les sidérurgistes du Nord, de la Lorraine et de la Loire et de bien d'autres luttes auxquelles j'ai côtoyé Henri .

Je joins donc l'article de Guy.

Bernard LAMIRAND ancien responsable

national de la FTM CGT 

Lire la suite

CGT POLE ECONOMIQUE : UNE CRISE QUI PROFITE AUX ACTIONNAIRES

4 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43 Publié dans #CGT


 

Une crise qui profite aux actionnaires
Selon une étude réalisée par la société de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC), la valeur des actions des 100 plus grandes entreprises mondiales a progressé de 12 % en 2017, pour atteindre la somme astronomique de 17.438 milliards de dollars au 31 mars 2017 (soit cinq fois le produit intérieur brut de la France), contre 15.577 milliards à la même date en 2016 et 16.245 milliards de dollars en 2015.
Il faut rappeler que selon l’Organisation internationale du travail (OIT), la hausse des salaires est beaucoup plus faible à travers le monde : 1,7 % Chine comprise, 0,9 % si on exclut la Chine.
Sur ces 100 entreprises, 55 sont américaines et représentant 63 % de la valeur boursière de ces entreprises ; 17 % sont européennes et 12 % originaires de la Chine et de Hong Kong.
Quatre sociétés françaises se rangent parmi ces cent entreprises : Total, Sanofi, LVMH, dont la capitalisation a progressé de 29 % en un an, et L'Oréal.
Les entreprises de nouvelles technologies (Apple, Google, etc.) et les banques se trouvent parmi les 20 premiers. Preuve que des milliers de milliards mobilisés par les Etats et les Banques centrale suite à la crise financière de 2008 ont surtout profité aux actionnaires.
La plupart de ces entreprises cherchent à échapper aux impôts, à l’instar de Google, en faisant de « l’optimisation fiscale ».
L’année dernière, ces 100 entreprises ont versé 700 milliards de dollars (620 milliards d’euros, l’équivalent d’un quart du PIB français) à leurs actionnaires, soit une hausse de 4,5 % en un an. 60 % de cette somme sont versés au titre de dividendes et 40 % au titre de rachat d’actions.
La contrepartie de ces sommes gigantesques versées aux actionnaires est la pression permanente sur les salariés, la suppression des postes et la fermeture des sites, ce que fait par exemple Sanofi.
Selon l’OIT (« Les inégalités salariales au travail », Rapport mondial sur les salaires 2016 / 17), les inégalités salariales se sont creusées au cours des dernières décennies. L’OIT alerte ainsi sur les « conséquences sociales et économiques néfastes d’inégalités excessives ».
La hausse du prix des actions de ces entreprises témoigne aussi d’une accélération de la financiarisation de l’économie. En effet, depuis la crise financière de 2008, les banques centrales ont injecté des centaines de milliards d’euros dans l’économie. Cet argent n’a pas été utilisé pour le développement de l’emploi et de l’activité économique. Par conséquent, il a conduit à conduit à ce que les spécialistes appellent un « gonflement de bulles financières ». 
A présent, de plus en plus d’observateurs alertent sur une nouvelle crise financière. A commencer par le Fonds monétaire international (FMI) qui, depuis 2015, tire la sonnette d’alarme sur les « tensions » provoquées par la hausse des valeurs boursières. Plus récemment, le journal patronal Les Echos titre : « La prochaine crise financière, inévitable et imprévisible » (16 juin 2017).
En effet, les politiques proposées par le Fonds monétaire international, tout comme celles de la Commission européenne, aliment les marchés financiers.
Pour sortit de cette crise dans l’intérêt des travailleurs, il faut mettre l’argent, la finance, au service du développement des capacités humaines, de l’emploi, des salaires, des investissements productifs

 

CGT POLE ECONOMIQUE : UNE CRISE QUI PROFITE AUX ACTIONNAIRES
Lire la suite

LE PETIT PERE DU PEUPLE SE LACHE

3 Juillet 2017 , Rédigé par aragon 43

LE COUCOU

LE PETIT PERE DU PEUPLE RUGIT DANS LA PRESSE DU DIMANCHE

Une histoire d’un dimanche d’un petit roi

Il divagua et se décida pour un nouveau solo

Il omettait qui l’avait placé haut le pavois

Il persévérait seul à faire pencher le fléau

 

Amis-es d’autrefois il ne voulait plus converser

Seul comptait  clameurs comme bagage

Pour conduire troupeau à emmener vers sa destinée

Ainsi il soumettrait  peuple à son empennage

 

Il  avait pour cela un label comme un blason

Un mot claquant et détonant

Un terme bourré de récriminations

De là  il finaliserait course au firmament

 

Hardiment il pouvait jouer la mise

Au diable les communistes plus besoin

Construire progéniture insoumise

Auxquels s’y jointeraient de nouveaux mâtins

 

Suffrages advenus il comptait les points

Par défaut le succès  le grisait

Mais tout ce qu’il voulait sembler vain

L’Elysée comme fumée que reste t-il après

 

Passage obligé vers Canebière

Toutes les sardines du port à la criée

Il lui fallait un donjon comme entrée en matière

De la bonne mère il l’a obtenu avec habileté

 

Mais victoire ne suffisait à ce fier à bras

Sa  députation nécessitait groupe unanime

Hémicycle il ne s’en contenterait qu’avec fracas

D’une victoire gagnée sur champ de ruines

 

Ce dimanche l’individu lâche ses impostures

Disons le sans détour bas les pattes l’ingrat

 L’homme cherche des poux par une pauvre mixture

Désolé le parti n’est ni néant ni mort il vivra

 

Bernard LAMIRAND

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>